Recherche

De nouvelles variétés de ray-grass pour s’adapter au changement climatique


TNC le 16/03/2021 à 17:24
Les chercheurs étudient les plantes des prairies afin de lutter contre le changement climatique. (©TNC)

Les chercheurs étudient les plantes des prairies afin de lutter contre le changement climatique. (©TNC)

Selon l'Inrae, « l’introduction de prairies temporaires dans les rotations est l’un des leviers agroécologiques les plus efficaces pour la fourniture de multiples services écosystémiques, et en particulier le stockage de carbone dans les sols ». Or il est important que les plantes composant ces prairies aient la capacité de s’adapter au changement climatique en cours. Les chercheurs de l'Inrae ont donc étudié la graminée la plus répandue en Europe, le ray-grass anglais.

Les prairies sont des outils formidables dans lutte contre le changement climatique, notamment en matière de stockage de carbone. Depuis plus de 40 ans, « les plantes des prairies (…) sont sous la loupe des chercheurs », qui les étudient actuellement au travers du projet GrassLandscape(1).

Selon un communiqué, les chercheurs de l’Inrae se sont particulièrement intéressés à « une graminée majeure des prairies : le ray-grass anglais ». Cette plante a une capacité « d’adaptation naturelle à une vaste gamme de variations environnementales, notamment climatiques ». Selon eux, « des stratégies de migration assistée(2) et des méthodes de gestion appropriées des prairies devraient favoriser l’adaptation future de l’espèce et limiter son risque d’extinction locale ». Les connaissances acquises pourraient rendre possible la création « de nouvelles variétés de ray-grass anglais possédant les versions adaptatives des gènes identifiés. Ces variétés pourront être utilisées pour le semis de prairies temporaires adaptées aux futurs climats régionaux de l’Europe ». Notamment dans « des régions de l’Europe (moitié sud de la France, Espagne, Italie) où la présence du ray-grass anglais dans les prairies naturelles est probablement menacée par le changement climatique, car la diversité génétique existant dans ces régions est peu adaptée au climat à venir ».

Les scientifiques de l’Inrae se sont basés sur « l’analyse l’ADN de 469 échantillons de ray-grass anglais provenant de toutes les régions d’Europe. Ils ont ainsi identifié 633 portions d’ADN liées à l’adaptation au stress des hivers froids ou des longues sécheresses estivales, dont 374 ont pu être associées à un gène connu(3) ».

(1) : Le projet GrassLandscape a été sélectionné à l’appel d’offres FACCE-JPI ERA-NET+ 2014 Climate Smart Agriculture. Ce projet a été soutenu à INRAE par le métaprogramme ACCAF (Adaptation au changement climatique de l’agriculture et de la forêt) et le département BAP (Biologie et Amélioration des Plantes). Les partenaires du projet GrassLandscape étaient INRAE (UR P3F Lusignan, coordinateur du projet) et EPHE en France, IBERS au Royaume-Uni, IPK en Allemagne, ainsi que ILVO et Université de Gand en Belgique. 

(2) : La migration assistée de la diversité génétique d’une espèce consiste à introduire une population adaptée à un environnement climatique donné dans un nouveau site où le climat futur sera proche du climat actuel du site d’origine de la population. Dans le cas des espèces végétales des prairies, cette introduction pourrait être réalisée par un sursemis de graines

(3) : Par exemple des gènes impliqués dans le stress oxydatif, la synthèse des fibres des parois végétales, l’induction florale.