Autonomie alimentaire

De la féverole toastée dans la ration des vaches


TNC le 17/05/2021 à 10:01
Un camion toasteur se déplace pour réaliser le toastage de la féverole directement à la ferme. (©Protecow)

Un camion toasteur se déplace pour réaliser le toastage de la féverole directement à la ferme. (©Protecow)

Le toastage de la féverole, c'est tout un chantier mais ça peut valoir le coup ! Ainsi toastée, la graine présente de meilleures valeurs alimentaires lui permettant de remplacer partiellement le tourteau de soja des rations.

Réduction des coûts, amélioration de l’ autonomie alimentaire… les éleveurs cherchent des alternatives au tourteau de soja dans la ration des vaches. Et la féverole en fait partie.

Cultiver la féverole

La culture présente des atouts agronomiques non négligeables puisqu’elle ne nécessite d’aucun apport d’azote. Les éleveurs membres du projet Protecow listent les points importants pour réussir sa féverole :

– le choix de la variété (d’hiver ou de printemps, et résistante au gel) ;

– la préparation du sol (profond, non battant, bien ressuyé, aéré sur 15 cm, pH entre 6 et 7) ;

– le semis (semoir à céréales à écartement de 17 à 35 cm ; en hiver : 25-30 grains/m 2 à 8 cm de profondeur, au printemps : 40-50 grains/m 2 à 5 cm de profondeur) ;

– la conduite de la culture (fertilisation P-K modérée, désherbage en pré et post-levée, fongicide + insecticide) ;

– la récolte (à 17-18 % d’humidité, avec contre-batteur maïs ou mixte, à 9-12 m/s).

Les rendements moyens varient de 40 à 80 q/ha. Ils sont inférieurs à ceux des céréales et restent très irréguliers en fonction des aléas climatiques. La féverole est très sensible au déficit hydrique, de la mi-floraison jusqu’à fin floraison + 20 jours.

De la féverole toastée dans les rations

Toastée, la féverole présente des valeurs PDI remarquables (passe de 90 PDI crue à 180 PDI toastée). Elle est également plus riche en énergie (passe de 1,04 UFL crue à 1,1 UFL toastée).

Le toastage peut se faire directement en ferme, il comporte trois étapes :

– la montée des graines crues dans la trémie (graines à 14 % d’humidité préalablement triées) ;

– la cuisson des graines à 285°C sur un tapis pendant 20 à 60 secondes pour atteindre 110°C à cœur ;

– la sortie des graines toastées : 9 % d’humidité, 0 bactérie, champignons ou larves. Graines à ventiler avant stockage pour les refroidir.

Le rendement du chantier est de l’ordre de 3,5 à 4 t/heure, avec un coût d’environ 200 €/heure, soit 60 €/t. Elle devra être concassée avant distribution dans la ration.

Retrouvez la vidéo créée par le groupe Protecow sur la féverole toastée, avec un exemple d’incorporation dans une ration vaches laitières et ses résultats économiques :