Élevages laitiers bretons

Comment calculer son indicateur JPP : « Journée de présence pâturage » ?


Cogedis le 22/11/2019 à 12:10
(©Pixabay)

(©Pixabay)

Avant le 30 septembre 2019, les éleveurs laitiers bretons doivent inscrire, dans le cahier d’enregistrement des pratiques, leur indicateur JPP. Cogedis vous éclaire sur la démarche !

Qu’est-ce que l’indicateur JPP ?

Il représente le temps de présence des vaches laitières sur les surfaces pâturées auxquelles elles ont accès. Pour apprécier les risques de fuite d’azote dans le milieu, le programme d’action régional de la Directive Nitrate (PAR6) a imposé aux éleveurs breton le calcul de cet indicateur.

Quand calculer l’indicateur JPP ?

Tous les ans, en fin de campagne culturale, les éleveurs doivent calculer l’indicateur JPP et l’inscrire dans le cahier d’enregistrement des pratiques.

Comment calculer l’indicateur JPP ?

Il convient de suivre la formule suivante :

indicateur UGBJPP/ha = (temps moyen au pâturage (nombre de journées par an équivalente 24 heures) x nombre d’UGB) / ha pâturés

Le résultat doit être confronté au seuil critique, soit le nombre total de jours de pâturage pour lesquels la surface pâturée peut fournir suffisamment à chaque UGB.

JPP : comment l’interpréter ?

Trois analyses des résultats obtenus sont possibles :

  • Il n’y a aucune obligation si vous ne dépassez pas le seuil critique.
  • Lorsque le dépassement du seuil UGB JPP n’est pas supérieur à 900 jours de présence au pâturage, l’éleveur est invité à une réflexion pour revenir sous le seuil critique.
  • Lorsque le dépassement du seuil UGB JPP est supérieur à 900 jours de présence au pâturage, l’éleveur a l’obligation de réaliser un diagnostic pour proposer un plan d’actions afin de respecter le seuil critique de son exploitation.

 

Cogedis, l’Expertise Comptable