Grands troupeaux

Avis défavorable à un projet d’extension d’une exploitation dans l’Eure


AFP le 20/11/2019 à 14:05

Le commissaire enquêteur, en charge de l'enquête publique sur l'extension d'une ferme bovine dans l'Eure, a rendu un avis défavorable au projet, indique la préfecture.

« Cette exploitation dans son fonctionnement actuel présente un certain nombre de désordres qui ne traduisent pas une situation normale et engendre des problèmes importants de voisinage », estime le commissaire dans son avis rendu public et mis en ligne sur le site de la préfecture de l’Eure.

Le projet d’extension d’une exploitation déjà existante, située sur deux sites à Houlbec-Cocherel et Douains dans l’est de l’Eure, portera « l’effectif maximum à 1 069 et 460 bêtes », selon l’avis du commissaire enquêteur, et cette évolution du cheptel permettra une augmentation des volumes de lait produits pour atteindre 5 400 m3/an.

Dans son avis, le commissaire enquêteur mentionne « les nuisances olfactives », « la prolifération de mouches » impactant « plus de 150 maisons dans un rayon de moins d’un kilomètre autour du site », « les risques routiers lors du croisement des engins agricoles » ou encore « la présence d’une décharge sauvage sur le site et brûlage à l’air libre ».

Selon l’avis du commissaire enquêteur, « une extension à 634 vaches laitières reviendrait ainsi à quasiment doubler les effectifs de vaches laitières par rapport à l’effectif actuel » et « ceci n’est pas envisageable tant que les actions techniques pour remédier à cette situation n’ont pas été mises en place et tant que l’on n’a pas pu en mesurer l’efficacité vis-à-vis du voisinage ».

Lire aussi : « Ferme des 1 200 bovins » – Dans la Vienne, le projet d’engraissement de taurillons en eaux troubles

Le commissaire enquêteur a néanmoins relevé plusieurs éléments favorables au projet : « une embauche supplémentaire » et des travaux réalisés par « des entreprises locales et régionales ». Il note aussi que le projet vise à générer, grâce aux exportations, « des excédents commerciaux » et qu’il permet « d’assurer l’alimentation de la population ».

Les élus écologistes à la Région Normandie avaient critiqué le projet en septembre, évoquant un « non sens » a propos d’une « ferme-usine de 1 500 bovins ». C’est « l’illustration que pour certains porteurs de projets peu scrupuleux, le bien-être animal, la préservation de l’environnement, l’emploi agricole, passent après l’appât des gains escomptés », avaient dénoncé ces élus. Une pétition en ligne de l’association Agir Pour l’Environnement, opposée au projet, a également recueilli plus de 43 000 signatures.