Pâturage

À quel moment peut-on fermer le silo de maïs ?


TNC le 28/04/2020 à 10:04
Avec une pousse de l'herbe de plus de 45 kg MS/ha/j, une surface d'au moins 25 ares/VL et 12 jours d'avance de pâturage, il est possible de fermer le silo de maïs. (©TNC)

Avec une pousse de l'herbe de plus de 45 kg MS/ha/j, une surface d'au moins 25 ares/VL et 12 jours d'avance de pâturage, il est possible de fermer le silo de maïs. (©TNC)

Si la période de pâturage permet de diminuer le coût alimentaire et d'économiser du concentré comme des fourrages conservés, quand peut-on réellement passer au plat unique d'herbe ? C'est en ce moment, au printemps, qu'il est envisageable de fermer le silo de maïs. Alors en pratique, comment cela se met-il en place ? Réponses d'experts.

« En rationnant le maïs ensilage, l’introduction d’herbe pâturée permet d’économiser du concentré protéique, note l’Idele. On peut se passer de correcteur azoté dès que le pâturage représente 50 % de la ration quotidienne. » Les experts ont établi plusieurs rations équilibrées proches de 30 kg de lait :

Ensilage de maïs (kg MS)18,814,59,5
Herbe (kg MS)/510
Tourteau soja (kg brut)3,21,80
Céréales (kg brut)002,3
Total (kg MS)21,52121,2

Dans certains secteurs, difficile de compter sur le pâturage. Découvrez : Dans l’Allier, les éleveurs de nouveau confrontés à la sécheresse

Pâturage plat unique : Arrêt du maïs ensilage

Fin avril-début mai, lorsque la pousse de l’herbe est importante, il est envisageable de fermer complètement le silo de maïs pour passer au pâturage plat unique. D’un conseiller à l’autre, les recommandations varient mais il y a deux conditions à respecter :

– Avoir une pousse de l’herbe qui couvre les besoins des vaches : on parle de 45 à 60 kg/MS/ha/j, avec une surface de 25 à 35 ares/vache selon le système et la production attendue ;

– Disposer de 12 jours d’avance au pâturage.

Témoignage d’éleveur en 100 % herbe : J-F Glinec (29): « Nos vaches à 4000 l sont plus rentables que celles à 10 000 »

Fermer le silo de maïs présente plusieurs avantages : une meilleure valorisation de l’herbe (les vaches n’ont pas d’autre choix), économie de fourrages, limitation de la fauche, réduction du coût alimentaire, mais aussi réduction du temps de travail autour du silo.

Attention cependant aux risques de météorisation. Si les facteurs de risques sont présents (herbe riche, fraîcheur et humidité), mettre du foin à disposition du troupeau et adapter la complémentation minérale pour éviter les excès de calcium.