Pousse de l’herbe

8 régions sur 12 sont en déficit de production d’herbe


TNC le 07/09/2020 à 11:56
Pousse de l'herbe au 20 août 2020. En rouge : déficit important (75 % et moins) ; en orange : déficit faible (de plus de 75 % à 90 %) ; en vert : normal (de plus de 90 % à 110 %) ; en vert foncé : excédent (plus de 110 %).  (©Agreste-Isop-Météo France - Inra)

Pousse de l'herbe au 20 août 2020. En rouge : déficit important (75 % et moins) ; en orange : déficit faible (de plus de 75 % à 90 %) ; en vert : normal (de plus de 90 % à 110 %) ; en vert foncé : excédent (plus de 110 %).  (©Agreste-Isop-Météo France - Inra)

« Le déficit de production d’herbe s’aggrave sur une grande partie de la France en août 2020 », indique Agreste dans son dernier point mensuel consacré à ce sujet. 8 régions sur 12 sont désormais en déficit de production. La pluie a cependant fait son retour dans de nombreux endroits permettant à l'herbe de repousser et aux éleveurs d'envisager un pâturage d'automne satisfaisant.

Au niveau national, le déficit de production cumulée des prairies permanentes s’élève à – 21 % au 20 août 2020 par rapport à la pousse de référence (1989-2018) pour la même période. C’est ce qui ressort du dernier point mensuel d’Agreste consacré à la pousse de l’herbe. « Cette évolution est la conséquence de conditions climatiques exceptionnelles, avec un déficit de précipitations cumulées depuis mars 2020 marqué du nord-ouest au centre-est, et un mois de juillet plus chaud que la normale et exceptionnellement sec sur l’ensemble du territoire », explique l’organisme de statistiques.

C’est ainsi que 8 des 12 régions se retrouvent en situation de déficit de production cumulée. Cinq régions sont même en fort déficit puisque la production est inférieure à 75 % de la pousse cumulée de référence : les Hauts-de-France (51 %), le Grand Est (58 %), Normandie, Bourgogne-Franche Comté, Ile-de-France.

« La production est globalement dans la norme pour les régions Bretagne, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, même si certaines de leurs régions fourragères présentent un déficit faible voire important », précise Agreste.

L’herbe reverdit et repousse… mais par partout

Depuis la mi-août, la pluie a fait son retour dans de nombreux endroits. L’herbe a reverdi et commence à repousser.

Lire à ce sujet : Après un été bien sec, que peut-on espérer de la pousse d’herbe à l’automne ?

L’EARL Barre à Coray, dans le Finistère, a notamment partagé les effets des précipitations sur les prairies, sur sa page Facebook : 

La pluie a fait du bien….Les génisses 10-15mois en ont plein l'assiette, le top pour avoir de bonnes croissances après servage.

Publiée par Earl Barre sur Jeudi 27 août 2020

Sur Twitter, Thomas, dans le Doubs, publie également des photos de la repousse de l’herbe :

Mais, comme souvent, tous les éleveurs ne sont pas encore logés à la même enseigne. Quentin B. en Haute-Marne, valorise le peu d’herbe qu’il lui reste. Les génisses et les vaches ont de l’enrubanné à volonté et les broutards sont rentrés au bâtiment avec du foin :

À lire aussi concernant le déficit fourrager : Il est encore possible de semer et produire des fourrages pour l’automne