sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Elections européennes

précédent

/26

articles

suivant

Tour de l'Agriculture Française

L’agriculture de précision, une solution?


Alexis Peulson le 04/01/2019 à 09:08
Bruno Tysseyre, chercheur et enseignant en agriculture de précision à Montpellier SupAgro, a renseigné Alexis Peulson sur ce sujet. (©Bruno Tysseyre)

Bruno Tysseyre, chercheur et enseignant en agriculture de précision à Montpellier SupAgro, a renseigné Alexis Peulson sur ce sujet. (©Bruno Tysseyre)

Chaque semaine, Alexis Peulson vous fait part d'un fait marquant ou d'une expérience en exploitation agricole qu'il a vécue lors de son Tour de l'Agriculture Française, dont le Crédit Mutuel est partenaire. Aujourd'hui, il nous parle des freins et atouts de l'agriculture de précision.

Depuis quelques années, une nouvelle branche de l’agriculture s’est développée : l’agriculture de précision. Il est difficile, pour beaucoup de monde, de donner une définition bien précise de cette pratique car elle est en perpétuelle évolution et elle regroupe des innovations très différentes : robot de traite, traitement des données, robot de désherbage, tracteurs autonomes, GPS, analyse de photos satellites…

L’image que tout le monde retient de l’agriculture de précision est une pratique qui fait appel à l’informatique, au génie des ordinateurs, une sorte de boîte noire qui peut nous dire quoi faire ou ne pas faire (principe même des OAD, Outil d’Aide à la Décision). Mais face à cette boîte noire, l’agriculteur est souvent méfiant car il n’a pas la main sur le fonctionnement et a l’impression de perdre en autonomie en dépendant de plus en plus du génie informatique.

Un autre frein est aussi le prix ! En bon chef d’entreprise, l’exploitant agricole doit être capable de savoir si un investissement dans tel ou tel outil d’aide à la décision ou d’agriculture de précision est rentable. Mais bien souvent, avec ces outils, le gain n’est pas économique. Un exemple simple : un robot de traite. Son coût est élevé et sur le plan de la rentabilité, son achat peut être remis en question. Mais il apporte d’autre chose : du confort pour l’agriculteur, une diminution de la pénibilité de son travail, et des données (litres de lait produits pour chaque vache, les heures des traites, etc…). La diminution de la pénibilité permet à l’éleveur de gagner du temps sur d’autres tâches et de mieux les exécuter car il n’a plus à l’esprit la problématique de la traite. Les données peuvent aussi lui permettre de gérer la traite de façon optimale et de voir avec le chiffre ce qu’il ne peut pas voir à l’œil nu. On le comprend donc simplement, il est difficile de juger si l’achat d’un robot de traite est rentable ou non et il est encore plus difficile de traduire la diminution de la pénibilité du travail en argent.

De plus, par rapport à d’autres dépenses, notamment en machinisme, le coût des outils en agriculture de précision (par exemple pour les images satellites) reste faible. Ce qui est sûr, c’est que ce domaine n’a pas fini d’évoluer et quel que soit le visage de l’agriculture de demain, le numérique sera de la partie !

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Toute l’actualité sur les salons agricoles SIA et SIMA 2019

précédent

/44

articles

suivant

Tour de l'Agriculture Française

L’agriculture de précision, une solution?


Alexis Peulson le 04/01/2019 à 09:08
Bruno Tysseyre, chercheur et enseignant en agriculture de précision à Montpellier SupAgro, a renseigné Alexis Peulson sur ce sujet. (©Bruno Tysseyre)

Bruno Tysseyre, chercheur et enseignant en agriculture de précision à Montpellier SupAgro, a renseigné Alexis Peulson sur ce sujet. (©Bruno Tysseyre)

Chaque semaine, Alexis Peulson vous fait part d'un fait marquant ou d'une expérience en exploitation agricole qu'il a vécue lors de son Tour de l'Agriculture Française, dont le Crédit Mutuel est partenaire. Aujourd'hui, il nous parle des freins et atouts de l'agriculture de précision.

Depuis quelques années, une nouvelle branche de l’agriculture s’est développée : l’agriculture de précision. Il est difficile, pour beaucoup de monde, de donner une définition bien précise de cette pratique car elle est en perpétuelle évolution et elle regroupe des innovations très différentes : robot de traite, traitement des données, robot de désherbage, tracteurs autonomes, GPS, analyse de photos satellites…

L’image que tout le monde retient de l’agriculture de précision est une pratique qui fait appel à l’informatique, au génie des ordinateurs, une sorte de boîte noire qui peut nous dire quoi faire ou ne pas faire (principe même des OAD, Outil d’Aide à la Décision). Mais face à cette boîte noire, l’agriculteur est souvent méfiant car il n’a pas la main sur le fonctionnement et a l’impression de perdre en autonomie en dépendant de plus en plus du génie informatique.

Un autre frein est aussi le prix ! En bon chef d’entreprise, l’exploitant agricole doit être capable de savoir si un investissement dans tel ou tel outil d’aide à la décision ou d’agriculture de précision est rentable. Mais bien souvent, avec ces outils, le gain n’est pas économique. Un exemple simple : un robot de traite. Son coût est élevé et sur le plan de la rentabilité, son achat peut être remis en question. Mais il apporte d’autre chose : du confort pour l’agriculteur, une diminution de la pénibilité de son travail, et des données (litres de lait produits pour chaque vache, les heures des traites, etc…). La diminution de la pénibilité permet à l’éleveur de gagner du temps sur d’autres tâches et de mieux les exécuter car il n’a plus à l’esprit la problématique de la traite. Les données peuvent aussi lui permettre de gérer la traite de façon optimale et de voir avec le chiffre ce qu’il ne peut pas voir à l’œil nu. On le comprend donc simplement, il est difficile de juger si l’achat d’un robot de traite est rentable ou non et il est encore plus difficile de traduire la diminution de la pénibilité du travail en argent.

De plus, par rapport à d’autres dépenses, notamment en machinisme, le coût des outils en agriculture de précision (par exemple pour les images satellites) reste faible. Ce qui est sûr, c’est que ce domaine n’a pas fini d’évoluer et quel que soit le visage de l’agriculture de demain, le numérique sera de la partie !

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Viande polonaise frauduleuse

précédent

/8

articles

suivant

Tour de l'Agriculture Française

L’agriculture de précision, une solution?


Alexis Peulson le 04/01/2019 à 09:08
Bruno Tysseyre, chercheur et enseignant en agriculture de précision à Montpellier SupAgro, a renseigné Alexis Peulson sur ce sujet. (©Bruno Tysseyre)

Bruno Tysseyre, chercheur et enseignant en agriculture de précision à Montpellier SupAgro, a renseigné Alexis Peulson sur ce sujet. (©Bruno Tysseyre)

Chaque semaine, Alexis Peulson vous fait part d'un fait marquant ou d'une expérience en exploitation agricole qu'il a vécue lors de son Tour de l'Agriculture Française, dont le Crédit Mutuel est partenaire. Aujourd'hui, il nous parle des freins et atouts de l'agriculture de précision.

Depuis quelques années, une nouvelle branche de l’agriculture s’est développée : l’agriculture de précision. Il est difficile, pour beaucoup de monde, de donner une définition bien précise de cette pratique car elle est en perpétuelle évolution et elle regroupe des innovations très différentes : robot de traite, traitement des données, robot de désherbage, tracteurs autonomes, GPS, analyse de photos satellites…

L’image que tout le monde retient de l’agriculture de précision est une pratique qui fait appel à l’informatique, au génie des ordinateurs, une sorte de boîte noire qui peut nous dire quoi faire ou ne pas faire (principe même des OAD, Outil d’Aide à la Décision). Mais face à cette boîte noire, l’agriculteur est souvent méfiant car il n’a pas la main sur le fonctionnement et a l’impression de perdre en autonomie en dépendant de plus en plus du génie informatique.

Un autre frein est aussi le prix ! En bon chef d’entreprise, l’exploitant agricole doit être capable de savoir si un investissement dans tel ou tel outil d’aide à la décision ou d’agriculture de précision est rentable. Mais bien souvent, avec ces outils, le gain n’est pas économique. Un exemple simple : un robot de traite. Son coût est élevé et sur le plan de la rentabilité, son achat peut être remis en question. Mais il apporte d’autre chose : du confort pour l’agriculteur, une diminution de la pénibilité de son travail, et des données (litres de lait produits pour chaque vache, les heures des traites, etc…). La diminution de la pénibilité permet à l’éleveur de gagner du temps sur d’autres tâches et de mieux les exécuter car il n’a plus à l’esprit la problématique de la traite. Les données peuvent aussi lui permettre de gérer la traite de façon optimale et de voir avec le chiffre ce qu’il ne peut pas voir à l’œil nu. On le comprend donc simplement, il est difficile de juger si l’achat d’un robot de traite est rentable ou non et il est encore plus difficile de traduire la diminution de la pénibilité du travail en argent.

De plus, par rapport à d’autres dépenses, notamment en machinisme, le coût des outils en agriculture de précision (par exemple pour les images satellites) reste faible. Ce qui est sûr, c’est que ce domaine n’a pas fini d’évoluer et quel que soit le visage de l’agriculture de demain, le numérique sera de la partie !

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Affaire Spanghero

précédent

/13

articles

suivant

Tour de l'Agriculture Française

L’agriculture de précision, une solution?


Alexis Peulson le 04/01/2019 à 09:08
Bruno Tysseyre, chercheur et enseignant en agriculture de précision à Montpellier SupAgro, a renseigné Alexis Peulson sur ce sujet. (©Bruno Tysseyre)

Bruno Tysseyre, chercheur et enseignant en agriculture de précision à Montpellier SupAgro, a renseigné Alexis Peulson sur ce sujet. (©Bruno Tysseyre)

Chaque semaine, Alexis Peulson vous fait part d'un fait marquant ou d'une expérience en exploitation agricole qu'il a vécue lors de son Tour de l'Agriculture Française, dont le Crédit Mutuel est partenaire. Aujourd'hui, il nous parle des freins et atouts de l'agriculture de précision.

Depuis quelques années, une nouvelle branche de l’agriculture s’est développée : l’agriculture de précision. Il est difficile, pour beaucoup de monde, de donner une définition bien précise de cette pratique car elle est en perpétuelle évolution et elle regroupe des innovations très différentes : robot de traite, traitement des données, robot de désherbage, tracteurs autonomes, GPS, analyse de photos satellites…

L’image que tout le monde retient de l’agriculture de précision est une pratique qui fait appel à l’informatique, au génie des ordinateurs, une sorte de boîte noire qui peut nous dire quoi faire ou ne pas faire (principe même des OAD, Outil d’Aide à la Décision). Mais face à cette boîte noire, l’agriculteur est souvent méfiant car il n’a pas la main sur le fonctionnement et a l’impression de perdre en autonomie en dépendant de plus en plus du génie informatique.

Un autre frein est aussi le prix ! En bon chef d’entreprise, l’exploitant agricole doit être capable de savoir si un investissement dans tel ou tel outil d’aide à la décision ou d’agriculture de précision est rentable. Mais bien souvent, avec ces outils, le gain n’est pas économique. Un exemple simple : un robot de traite. Son coût est élevé et sur le plan de la rentabilité, son achat peut être remis en question. Mais il apporte d’autre chose : du confort pour l’agriculteur, une diminution de la pénibilité de son travail, et des données (litres de lait produits pour chaque vache, les heures des traites, etc…). La diminution de la pénibilité permet à l’éleveur de gagner du temps sur d’autres tâches et de mieux les exécuter car il n’a plus à l’esprit la problématique de la traite. Les données peuvent aussi lui permettre de gérer la traite de façon optimale et de voir avec le chiffre ce qu’il ne peut pas voir à l’œil nu. On le comprend donc simplement, il est difficile de juger si l’achat d’un robot de traite est rentable ou non et il est encore plus difficile de traduire la diminution de la pénibilité du travail en argent.

De plus, par rapport à d’autres dépenses, notamment en machinisme, le coût des outils en agriculture de précision (par exemple pour les images satellites) reste faible. Ce qui est sûr, c’est que ce domaine n’a pas fini d’évoluer et quel que soit le visage de l’agriculture de demain, le numérique sera de la partie !

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Elections des chambres d’agriculture 2019

précédent

/11

articles

suivant

Tour de l'Agriculture Française

L’agriculture de précision, une solution?


Alexis Peulson le 04/01/2019 à 09:08
Bruno Tysseyre, chercheur et enseignant en agriculture de précision à Montpellier SupAgro, a renseigné Alexis Peulson sur ce sujet. (©Bruno Tysseyre)

Bruno Tysseyre, chercheur et enseignant en agriculture de précision à Montpellier SupAgro, a renseigné Alexis Peulson sur ce sujet. (©Bruno Tysseyre)

Chaque semaine, Alexis Peulson vous fait part d'un fait marquant ou d'une expérience en exploitation agricole qu'il a vécue lors de son Tour de l'Agriculture Française, dont le Crédit Mutuel est partenaire. Aujourd'hui, il nous parle des freins et atouts de l'agriculture de précision.

Depuis quelques années, une nouvelle branche de l’agriculture s’est développée : l’agriculture de précision. Il est difficile, pour beaucoup de monde, de donner une définition bien précise de cette pratique car elle est en perpétuelle évolution et elle regroupe des innovations très différentes : robot de traite, traitement des données, robot de désherbage, tracteurs autonomes, GPS, analyse de photos satellites…

L’image que tout le monde retient de l’agriculture de précision est une pratique qui fait appel à l’informatique, au génie des ordinateurs, une sorte de boîte noire qui peut nous dire quoi faire ou ne pas faire (principe même des OAD, Outil d’Aide à la Décision). Mais face à cette boîte noire, l’agriculteur est souvent méfiant car il n’a pas la main sur le fonctionnement et a l’impression de perdre en autonomie en dépendant de plus en plus du génie informatique.

Un autre frein est aussi le prix ! En bon chef d’entreprise, l’exploitant agricole doit être capable de savoir si un investissement dans tel ou tel outil d’aide à la décision ou d’agriculture de précision est rentable. Mais bien souvent, avec ces outils, le gain n’est pas économique. Un exemple simple : un robot de traite. Son coût est élevé et sur le plan de la rentabilité, son achat peut être remis en question. Mais il apporte d’autre chose : du confort pour l’agriculteur, une diminution de la pénibilité de son travail, et des données (litres de lait produits pour chaque vache, les heures des traites, etc…). La diminution de la pénibilité permet à l’éleveur de gagner du temps sur d’autres tâches et de mieux les exécuter car il n’a plus à l’esprit la problématique de la traite. Les données peuvent aussi lui permettre de gérer la traite de façon optimale et de voir avec le chiffre ce qu’il ne peut pas voir à l’œil nu. On le comprend donc simplement, il est difficile de juger si l’achat d’un robot de traite est rentable ou non et il est encore plus difficile de traduire la diminution de la pénibilité du travail en argent.

De plus, par rapport à d’autres dépenses, notamment en machinisme, le coût des outils en agriculture de précision (par exemple pour les images satellites) reste faible. Ce qui est sûr, c’est que ce domaine n’a pas fini d’évoluer et quel que soit le visage de l’agriculture de demain, le numérique sera de la partie !

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Tour de l’Agriculture Française

précédent

3/13

articles

suivant

Tour de l'Agriculture Française

L’agriculture de précision, une solution?


Alexis Peulson le 04/01/2019 à 09:08
Bruno Tysseyre, chercheur et enseignant en agriculture de précision à Montpellier SupAgro, a renseigné Alexis Peulson sur ce sujet. (©Bruno Tysseyre)

Bruno Tysseyre, chercheur et enseignant en agriculture de précision à Montpellier SupAgro, a renseigné Alexis Peulson sur ce sujet. (©Bruno Tysseyre)

Chaque semaine, Alexis Peulson vous fait part d'un fait marquant ou d'une expérience en exploitation agricole qu'il a vécue lors de son Tour de l'Agriculture Française, dont le Crédit Mutuel est partenaire. Aujourd'hui, il nous parle des freins et atouts de l'agriculture de précision.

Depuis quelques années, une nouvelle branche de l’agriculture s’est développée : l’agriculture de précision. Il est difficile, pour beaucoup de monde, de donner une définition bien précise de cette pratique car elle est en perpétuelle évolution et elle regroupe des innovations très différentes : robot de traite, traitement des données, robot de désherbage, tracteurs autonomes, GPS, analyse de photos satellites…

L’image que tout le monde retient de l’agriculture de précision est une pratique qui fait appel à l’informatique, au génie des ordinateurs, une sorte de boîte noire qui peut nous dire quoi faire ou ne pas faire (principe même des OAD, Outil d’Aide à la Décision). Mais face à cette boîte noire, l’agriculteur est souvent méfiant car il n’a pas la main sur le fonctionnement et a l’impression de perdre en autonomie en dépendant de plus en plus du génie informatique.

Un autre frein est aussi le prix ! En bon chef d’entreprise, l’exploitant agricole doit être capable de savoir si un investissement dans tel ou tel outil d’aide à la décision ou d’agriculture de précision est rentable. Mais bien souvent, avec ces outils, le gain n’est pas économique. Un exemple simple : un robot de traite. Son coût est élevé et sur le plan de la rentabilité, son achat peut être remis en question. Mais il apporte d’autre chose : du confort pour l’agriculteur, une diminution de la pénibilité de son travail, et des données (litres de lait produits pour chaque vache, les heures des traites, etc…). La diminution de la pénibilité permet à l’éleveur de gagner du temps sur d’autres tâches et de mieux les exécuter car il n’a plus à l’esprit la problématique de la traite. Les données peuvent aussi lui permettre de gérer la traite de façon optimale et de voir avec le chiffre ce qu’il ne peut pas voir à l’œil nu. On le comprend donc simplement, il est difficile de juger si l’achat d’un robot de traite est rentable ou non et il est encore plus difficile de traduire la diminution de la pénibilité du travail en argent.

De plus, par rapport à d’autres dépenses, notamment en machinisme, le coût des outils en agriculture de précision (par exemple pour les images satellites) reste faible. Ce qui est sûr, c’est que ce domaine n’a pas fini d’évoluer et quel que soit le visage de l’agriculture de demain, le numérique sera de la partie !