sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Transmission

précédent

/7

articles

suivant

Sécheresse

Restrictions d'eau renforcées dans une partie de l'Hérault


AFP le 16/07/2019 à 19:37

Les restrictions d'eau sont renforcées dans une partie de l'Hérault, où la quasi-totalité des nappes phréatiques sont à des niveaux très bas, a annoncé mardi la préfecture de l'Hérault.

Mardi, 61 départements français étaient placés en restrictions d’eau, selon le site Propluvia. Le département de l’Hérault « a connu un hiver particulièrement sec suivi d’un printemps faiblement arrosé, tendance qui est confirmée en juin », souligne la préfecture dans un communiqué. « Les derniers orages ont donné lieu à des pluies parfois abondantes mais très localisées ne pouvant compenser le déficit pluviométrique accumulé », ajoute-t-elle. La tendance à la baisse des eaux souterraines concerne 96 % des nappes héraultaises qui sont à des niveaux globalement plus bas que ceux constatés lors des dernières années sèches, précisent les services de l’État. Les bassins versants de l’Hérault (qui coule du nord au sud du département), de l’Orb (ouest) et de la Lergue (nord) présentent début juillet des débits normalement constatés mi-août, voire fin août pour certains, poursuivent-ils.

Le préfet maintient le reste du département en vigilance. Les premières limitations incluent notamment l’interdiction 24h/24 du remplissage des piscines privées, du lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles, de l’arrosage des terrains de sport, des golfs, des jardins, des pelouses et espaces verts publics et privés. Les mesures renforcées prévoient l’interdiction du lavage des voiries, du fonctionnement des douches de plage et certains travaux sur station d’épuration sont interdits 24h/24. Dans le Gard, qui a également subi une canicule sans précédent fin juin/début juillet, le préfet a placé début juillet les secteurs Cèze aval et Hérault amont (partie gardoise) en alerte de niveau 2, la partie gardoise du bassin versant de l’Ardèche en alerte de niveau 1, et le reste du département en vigilance à l’exception de la zone Rhône et Camargue. Dans le Vaucluse voisin, le préfet a placé en alerte « sécheresse » les secteurs du Lez, du Sud-Luberon, du Calavon et de la Nesque.

Sécheresse

Restrictions d'eau renforcées dans une partie de l'Hérault


AFP le 16/07/2019 à 19:37

Les restrictions d'eau sont renforcées dans une partie de l'Hérault, où la quasi-totalité des nappes phréatiques sont à des niveaux très bas, a annoncé mardi la préfecture de l'Hérault.

Mardi, 61 départements français étaient placés en restrictions d’eau, selon le site Propluvia. Le département de l’Hérault « a connu un hiver particulièrement sec suivi d’un printemps faiblement arrosé, tendance qui est confirmée en juin », souligne la préfecture dans un communiqué. « Les derniers orages ont donné lieu à des pluies parfois abondantes mais très localisées ne pouvant compenser le déficit pluviométrique accumulé », ajoute-t-elle. La tendance à la baisse des eaux souterraines concerne 96 % des nappes héraultaises qui sont à des niveaux globalement plus bas que ceux constatés lors des dernières années sèches, précisent les services de l’État. Les bassins versants de l’Hérault (qui coule du nord au sud du département), de l’Orb (ouest) et de la Lergue (nord) présentent début juillet des débits normalement constatés mi-août, voire fin août pour certains, poursuivent-ils.

Le préfet maintient le reste du département en vigilance. Les premières limitations incluent notamment l’interdiction 24h/24 du remplissage des piscines privées, du lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles, de l’arrosage des terrains de sport, des golfs, des jardins, des pelouses et espaces verts publics et privés. Les mesures renforcées prévoient l’interdiction du lavage des voiries, du fonctionnement des douches de plage et certains travaux sur station d’épuration sont interdits 24h/24. Dans le Gard, qui a également subi une canicule sans précédent fin juin/début juillet, le préfet a placé début juillet les secteurs Cèze aval et Hérault amont (partie gardoise) en alerte de niveau 2, la partie gardoise du bassin versant de l’Ardèche en alerte de niveau 1, et le reste du département en vigilance à l’exception de la zone Rhône et Camargue. Dans le Vaucluse voisin, le préfet a placé en alerte « sécheresse » les secteurs du Lez, du Sud-Luberon, du Calavon et de la Nesque.

Sécheresse

Restrictions d'eau renforcées dans une partie de l'Hérault


AFP le 16/07/2019 à 19:37

Les restrictions d'eau sont renforcées dans une partie de l'Hérault, où la quasi-totalité des nappes phréatiques sont à des niveaux très bas, a annoncé mardi la préfecture de l'Hérault.

Mardi, 61 départements français étaient placés en restrictions d’eau, selon le site Propluvia. Le département de l’Hérault « a connu un hiver particulièrement sec suivi d’un printemps faiblement arrosé, tendance qui est confirmée en juin », souligne la préfecture dans un communiqué. « Les derniers orages ont donné lieu à des pluies parfois abondantes mais très localisées ne pouvant compenser le déficit pluviométrique accumulé », ajoute-t-elle. La tendance à la baisse des eaux souterraines concerne 96 % des nappes héraultaises qui sont à des niveaux globalement plus bas que ceux constatés lors des dernières années sèches, précisent les services de l’État. Les bassins versants de l’Hérault (qui coule du nord au sud du département), de l’Orb (ouest) et de la Lergue (nord) présentent début juillet des débits normalement constatés mi-août, voire fin août pour certains, poursuivent-ils.

Le préfet maintient le reste du département en vigilance. Les premières limitations incluent notamment l’interdiction 24h/24 du remplissage des piscines privées, du lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles, de l’arrosage des terrains de sport, des golfs, des jardins, des pelouses et espaces verts publics et privés. Les mesures renforcées prévoient l’interdiction du lavage des voiries, du fonctionnement des douches de plage et certains travaux sur station d’épuration sont interdits 24h/24. Dans le Gard, qui a également subi une canicule sans précédent fin juin/début juillet, le préfet a placé début juillet les secteurs Cèze aval et Hérault amont (partie gardoise) en alerte de niveau 2, la partie gardoise du bassin versant de l’Ardèche en alerte de niveau 1, et le reste du département en vigilance à l’exception de la zone Rhône et Camargue. Dans le Vaucluse voisin, le préfet a placé en alerte « sécheresse » les secteurs du Lez, du Sud-Luberon, du Calavon et de la Nesque.

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Zones de non traitement

précédent

/14

articles

suivant

Sécheresse

Restrictions d'eau renforcées dans une partie de l'Hérault


AFP le 16/07/2019 à 19:37

Les restrictions d'eau sont renforcées dans une partie de l'Hérault, où la quasi-totalité des nappes phréatiques sont à des niveaux très bas, a annoncé mardi la préfecture de l'Hérault.

Mardi, 61 départements français étaient placés en restrictions d’eau, selon le site Propluvia. Le département de l’Hérault « a connu un hiver particulièrement sec suivi d’un printemps faiblement arrosé, tendance qui est confirmée en juin », souligne la préfecture dans un communiqué. « Les derniers orages ont donné lieu à des pluies parfois abondantes mais très localisées ne pouvant compenser le déficit pluviométrique accumulé », ajoute-t-elle. La tendance à la baisse des eaux souterraines concerne 96 % des nappes héraultaises qui sont à des niveaux globalement plus bas que ceux constatés lors des dernières années sèches, précisent les services de l’État. Les bassins versants de l’Hérault (qui coule du nord au sud du département), de l’Orb (ouest) et de la Lergue (nord) présentent début juillet des débits normalement constatés mi-août, voire fin août pour certains, poursuivent-ils.

Le préfet maintient le reste du département en vigilance. Les premières limitations incluent notamment l’interdiction 24h/24 du remplissage des piscines privées, du lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles, de l’arrosage des terrains de sport, des golfs, des jardins, des pelouses et espaces verts publics et privés. Les mesures renforcées prévoient l’interdiction du lavage des voiries, du fonctionnement des douches de plage et certains travaux sur station d’épuration sont interdits 24h/24. Dans le Gard, qui a également subi une canicule sans précédent fin juin/début juillet, le préfet a placé début juillet les secteurs Cèze aval et Hérault amont (partie gardoise) en alerte de niveau 2, la partie gardoise du bassin versant de l’Ardèche en alerte de niveau 1, et le reste du département en vigilance à l’exception de la zone Rhône et Camargue. Dans le Vaucluse voisin, le préfet a placé en alerte « sécheresse » les secteurs du Lez, du Sud-Luberon, du Calavon et de la Nesque.

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Récoltes 2019

précédent

/21

articles

suivant

Sécheresse

Restrictions d'eau renforcées dans une partie de l'Hérault


AFP le 16/07/2019 à 19:37

Les restrictions d'eau sont renforcées dans une partie de l'Hérault, où la quasi-totalité des nappes phréatiques sont à des niveaux très bas, a annoncé mardi la préfecture de l'Hérault.

Mardi, 61 départements français étaient placés en restrictions d’eau, selon le site Propluvia. Le département de l’Hérault « a connu un hiver particulièrement sec suivi d’un printemps faiblement arrosé, tendance qui est confirmée en juin », souligne la préfecture dans un communiqué. « Les derniers orages ont donné lieu à des pluies parfois abondantes mais très localisées ne pouvant compenser le déficit pluviométrique accumulé », ajoute-t-elle. La tendance à la baisse des eaux souterraines concerne 96 % des nappes héraultaises qui sont à des niveaux globalement plus bas que ceux constatés lors des dernières années sèches, précisent les services de l’État. Les bassins versants de l’Hérault (qui coule du nord au sud du département), de l’Orb (ouest) et de la Lergue (nord) présentent début juillet des débits normalement constatés mi-août, voire fin août pour certains, poursuivent-ils.

Le préfet maintient le reste du département en vigilance. Les premières limitations incluent notamment l’interdiction 24h/24 du remplissage des piscines privées, du lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles, de l’arrosage des terrains de sport, des golfs, des jardins, des pelouses et espaces verts publics et privés. Les mesures renforcées prévoient l’interdiction du lavage des voiries, du fonctionnement des douches de plage et certains travaux sur station d’épuration sont interdits 24h/24. Dans le Gard, qui a également subi une canicule sans précédent fin juin/début juillet, le préfet a placé début juillet les secteurs Cèze aval et Hérault amont (partie gardoise) en alerte de niveau 2, la partie gardoise du bassin versant de l’Ardèche en alerte de niveau 1, et le reste du département en vigilance à l’exception de la zone Rhône et Camargue. Dans le Vaucluse voisin, le préfet a placé en alerte « sécheresse » les secteurs du Lez, du Sud-Luberon, du Calavon et de la Nesque.

Sécheresse

Restrictions d'eau renforcées dans une partie de l'Hérault


AFP le 16/07/2019 à 19:37

Les restrictions d'eau sont renforcées dans une partie de l'Hérault, où la quasi-totalité des nappes phréatiques sont à des niveaux très bas, a annoncé mardi la préfecture de l'Hérault.

Mardi, 61 départements français étaient placés en restrictions d’eau, selon le site Propluvia. Le département de l’Hérault « a connu un hiver particulièrement sec suivi d’un printemps faiblement arrosé, tendance qui est confirmée en juin », souligne la préfecture dans un communiqué. « Les derniers orages ont donné lieu à des pluies parfois abondantes mais très localisées ne pouvant compenser le déficit pluviométrique accumulé », ajoute-t-elle. La tendance à la baisse des eaux souterraines concerne 96 % des nappes héraultaises qui sont à des niveaux globalement plus bas que ceux constatés lors des dernières années sèches, précisent les services de l’État. Les bassins versants de l’Hérault (qui coule du nord au sud du département), de l’Orb (ouest) et de la Lergue (nord) présentent début juillet des débits normalement constatés mi-août, voire fin août pour certains, poursuivent-ils.

Le préfet maintient le reste du département en vigilance. Les premières limitations incluent notamment l’interdiction 24h/24 du remplissage des piscines privées, du lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles, de l’arrosage des terrains de sport, des golfs, des jardins, des pelouses et espaces verts publics et privés. Les mesures renforcées prévoient l’interdiction du lavage des voiries, du fonctionnement des douches de plage et certains travaux sur station d’épuration sont interdits 24h/24. Dans le Gard, qui a également subi une canicule sans précédent fin juin/début juillet, le préfet a placé début juillet les secteurs Cèze aval et Hérault amont (partie gardoise) en alerte de niveau 2, la partie gardoise du bassin versant de l’Ardèche en alerte de niveau 1, et le reste du département en vigilance à l’exception de la zone Rhône et Camargue. Dans le Vaucluse voisin, le préfet a placé en alerte « sécheresse » les secteurs du Lez, du Sud-Luberon, du Calavon et de la Nesque.

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Sécheresse

précédent

19/23

articles

suivant

Sécheresse

Restrictions d'eau renforcées dans une partie de l'Hérault


AFP le 16/07/2019 à 19:37

Les restrictions d'eau sont renforcées dans une partie de l'Hérault, où la quasi-totalité des nappes phréatiques sont à des niveaux très bas, a annoncé mardi la préfecture de l'Hérault.

Mardi, 61 départements français étaient placés en restrictions d’eau, selon le site Propluvia. Le département de l’Hérault « a connu un hiver particulièrement sec suivi d’un printemps faiblement arrosé, tendance qui est confirmée en juin », souligne la préfecture dans un communiqué. « Les derniers orages ont donné lieu à des pluies parfois abondantes mais très localisées ne pouvant compenser le déficit pluviométrique accumulé », ajoute-t-elle. La tendance à la baisse des eaux souterraines concerne 96 % des nappes héraultaises qui sont à des niveaux globalement plus bas que ceux constatés lors des dernières années sèches, précisent les services de l’État. Les bassins versants de l’Hérault (qui coule du nord au sud du département), de l’Orb (ouest) et de la Lergue (nord) présentent début juillet des débits normalement constatés mi-août, voire fin août pour certains, poursuivent-ils.

Le préfet maintient le reste du département en vigilance. Les premières limitations incluent notamment l’interdiction 24h/24 du remplissage des piscines privées, du lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles, de l’arrosage des terrains de sport, des golfs, des jardins, des pelouses et espaces verts publics et privés. Les mesures renforcées prévoient l’interdiction du lavage des voiries, du fonctionnement des douches de plage et certains travaux sur station d’épuration sont interdits 24h/24. Dans le Gard, qui a également subi une canicule sans précédent fin juin/début juillet, le préfet a placé début juillet les secteurs Cèze aval et Hérault amont (partie gardoise) en alerte de niveau 2, la partie gardoise du bassin versant de l’Ardèche en alerte de niveau 1, et le reste du département en vigilance à l’exception de la zone Rhône et Camargue. Dans le Vaucluse voisin, le préfet a placé en alerte « sécheresse » les secteurs du Lez, du Sud-Luberon, du Calavon et de la Nesque.

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Installation

précédent

/4

articles

suivant

Sécheresse

Restrictions d'eau renforcées dans une partie de l'Hérault


AFP le 16/07/2019 à 19:37

Les restrictions d'eau sont renforcées dans une partie de l'Hérault, où la quasi-totalité des nappes phréatiques sont à des niveaux très bas, a annoncé mardi la préfecture de l'Hérault.

Mardi, 61 départements français étaient placés en restrictions d’eau, selon le site Propluvia. Le département de l’Hérault « a connu un hiver particulièrement sec suivi d’un printemps faiblement arrosé, tendance qui est confirmée en juin », souligne la préfecture dans un communiqué. « Les derniers orages ont donné lieu à des pluies parfois abondantes mais très localisées ne pouvant compenser le déficit pluviométrique accumulé », ajoute-t-elle. La tendance à la baisse des eaux souterraines concerne 96 % des nappes héraultaises qui sont à des niveaux globalement plus bas que ceux constatés lors des dernières années sèches, précisent les services de l’État. Les bassins versants de l’Hérault (qui coule du nord au sud du département), de l’Orb (ouest) et de la Lergue (nord) présentent début juillet des débits normalement constatés mi-août, voire fin août pour certains, poursuivent-ils.

Le préfet maintient le reste du département en vigilance. Les premières limitations incluent notamment l’interdiction 24h/24 du remplissage des piscines privées, du lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles, de l’arrosage des terrains de sport, des golfs, des jardins, des pelouses et espaces verts publics et privés. Les mesures renforcées prévoient l’interdiction du lavage des voiries, du fonctionnement des douches de plage et certains travaux sur station d’épuration sont interdits 24h/24. Dans le Gard, qui a également subi une canicule sans précédent fin juin/début juillet, le préfet a placé début juillet les secteurs Cèze aval et Hérault amont (partie gardoise) en alerte de niveau 2, la partie gardoise du bassin versant de l’Ardèche en alerte de niveau 1, et le reste du département en vigilance à l’exception de la zone Rhône et Camargue. Dans le Vaucluse voisin, le préfet a placé en alerte « sécheresse » les secteurs du Lez, du Sud-Luberon, du Calavon et de la Nesque.