sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Réforme de la PAC

précédent

/30

articles

suivant

Travail aux champs

La plateforme continuera après le 11 mai


AFP le 23/04/2020 à 10:58

La plateforme qui permet aux Français d'aller prêter main forte aux agriculteurs confrontés au manque de travailleurs saisonniers, restera ouverte après le déconfinement prévu le 11 mai, a indiqué jeudi le ministre de l'agriculture, Didier Guillaume.

« Elle continuera à alimenter les exploitations jusque là où il y en aura besoin et puis, dès que les travailleurs saisonniers venant d’autres pays pourront revenir en France, (…) tout ça s’atténuera et on fera un tuilage (passage de relais, NDLR) en quelque sorte, mais bien sûr, la plateforme ne s’arrête pas le 11 mai, elle continue tant qu’il y a un besoin de main-d’œuvre saisonnière », a déclaré le ministre sur LCI.

Lire aussi : Lancement de l’initiative Des bras pour ton assiette

« Plus de 300 000 Françaises et Français se sont inscrits sur cette plateforme » https://mission.wizi. mise en place pour remédier à l’absence de saisonniers en raison de la pandémie, selon le ministre. Il a indiqué que 15 000 personnes sur ces 300 000 « sont déjà allés au travail pour environ 5 000 exploitations », soulignant que toutes les productions agricoles n’avaient pas besoin de bras au même moment.

Concernant les marchés, qui écoulent notamment en temps normal un tiers des fruits et légumes, le ministre a précisé qu’« aujourd’hui, il y a quasiment 40 % des marchés qui ont rouvert ».

Lire aussi : Le ministre de l’Agriculture appelle maires et préfets à rouvrir les marchés

Interrogé sur une « décision nationale » de réouverture après le 11 mai, le ministre ne s’est pas prononcé : « lorsque nous en saurons un peu plus sur le déconfinement, évidemment je pense que tous les marchés de France rouvriront, mais ils ne rouvriront pas comme avant, ils rouvriront avec les distanciations sociales, avec les barrières sanitaires, avec les gestes barrières ». Le gouvernement avait fermé le 24 mars tous les marchés pour freiner la contagion, avant d’accorder des autorisations au cas par cas par dérogation.

Ces réouvertures avaient été permises après la mise au point d’un guide de bonnes pratiques sanitaires négocié entre quatre ministères (Santé, Agriculture, Bercy et Intérieur), la fédération des marchés de France, des syndicats agricoles et des organisations de producteurs.

Lire aussi : Un guide de bonnes pratiques pour une poursuite sécurisée de l’activité

Les articles du dossier