sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Réforme de la PAC

précédent

/30

articles

suivant

Crise sanitaire

La Conf’ propose 24 mesures d’urgence pour éviter de perdre des paysans


TNC le 10/04/2020 à 17:19
La Confédération paysanne propose 24 mesures pour assurer la viabilité de l'agriculture pendant et après la crise. (©TNC)

La Confédération paysanne propose 24 mesures pour assurer la viabilité de l'agriculture pendant et après la crise. (©TNC)

Dès le début des restrictions liées au Covid-19, la Confédération paysanne a pris les devants pour maintenir les lieux d’approvisionnement alimentaires sur l’ensemble du territoire. Si le syndicat reste mobilisé pour faire rouvrir les marchés, il pense également à l’avenir et propose aux responsables politiques 24 mesures à mettre en œuvre urgemment pour assurer la viabilité des exploitations agricoles, pendant et après la crise.

« Notre objectif est de ne pas avoir un paysan de moins à l’issue de la crise », a rappelé Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne, à l’occasion d’un point presse organisé à distance le 10 avril. L’organisation s’est d’abord concentrée sur le maintien des marchés et travaille aujourd’hui, avec les responsables politiques locaux, pour permettre leur réouverture. « C’est paradoxal, en fermant les marchés, on réduit les points de vente alors qu’on aurait besoin de les multiplier pour qu’il y ait moins de monde présent sur chacun », explique Damien Houdebine, membre du secrétariat national de la Confédération paysanne.

Le syndicat a ainsi travaillé à une méthodologie stricte permettant la sécurité sanitaire de tous sur les marchés, mais regrette malgré tout la difficulté importante pour faire rouvrir les marchés, surtout dans les grandes villes. « Pour les paysans, cela génère un sentiment de scandale », explique Damien Houdebine, qui souligne « une distorsion de concurrence » puisque les grandes surfaces peuvent rester ouvertes.

Lire également : Coronavirus : rejet d’un recours des marchés contre leur fermeture

La Conf’ demande donc aux responsables politiques la réouverture de l’ensemble des marchés sur le territoire, mais également leur implication pour renforcer les circuits de distribution alternatifs, qui permettent une rémunération plus juste des producteurs. Le syndicat demande d’ailleurs une plus grande transparence sur les prix d’achat par les distributeurs. Des propositions qui font partie des 24 mesures envoyées aux élus nationaux et locaux pour assurer la viabilité de l’agriculture pendant et après la crise sanitaire.

Protection sanitaire, sociale et continuité de l’activité agricole

Si, à la lueur de la crise, l’importance stratégique du secteur agricole a été réaffirmée, il faut donc permettre la continuité effective de l’activité dans les fermes, explique par ailleurs Véronique Marchesseau, secrétaire générale de la Confédération paysanne. Le syndicat demande donc l’arrêt de toutes les activités économiques non prioritaires pour permettre de réorienter les moyens de protection (masques, gel hydroalcoolique…) vers les filières qui doivent continuer à travailler, notamment le secteur agricole et agroalimentaire.

Lire aussi : Covid 19 et activité agricole : les bonnes pratiques pour limiter le risque de transmission

En outre, face aux difficultés conjoncturelles liées au coronavirus, comme les arrêts maladie ou l’impossibilité de travailler sur la ferme à cause de l’absence de mode de garde des enfants, la Conf’ demande des réponses plus fortes de la part du service de remplacement, notamment, ou la possibilité de faire garder les enfants dans les écoles comme pour le personnel soignant.

Véronique Marchesseau estime également que, depuis le début de la crise, « la MSA ne répond pas de façon adéquate », puisque ses services sont uniquement accessibles à distance, par internet, or les zones blanches ou une mauvaise maîtrise des nouvelles technologies exclut toute une partie des affiliés. Enfin, en pleine période de déclarations Pac, le syndicat demande une souplesse de la part des pouvoirs publics, face au manque de lisibilité pour les mois à venir.

Lire aussi : Déclarations Pac : report de la date limite au 15 juin à cause du coronavirus

Soutien aux exploitants en difficulté

 « Il y a des paysans que la crise va mettre en difficulté, et il faudra absolument les aider », ajoute de son côté Jean-François Périgné, trésorier du syndicat. Si le gouvernement a fait certaines annonces, comme les 1 500 euros d’aide immédiate pour les entreprises qui voient leur chiffre d’affaires baisser de 50 % entre mars 2019 et mars 2020, « ce n’est pas ça qui va faire perdurer les fermes à terme », estime-t-il, ajoutant que pour beaucoup de productions, il sera difficile de prouver une baisse de chiffre d’affaires entre un mois précis de 2019 et un mois précis de 2020. La Conf’ demande également le report des échéances bancaires sans pénalités, comme l’a par exemple mis en place spontanément le Crédit Mutuel. « Nous demandons le report sur tous les types de prêts, également les prêts bonifiés JA, avec la possibilité d’y accéder également pour les fermes en difficulté », ajoute Jean-François Périgné.

En fonction des filières, un certain nombre de mesures doivent également être mises en place estime le syndicat, comme la réduction obligatoire de la production de lait, ou le stockage, pour les viandes.

Lire aussi : Filière lait: la Confédération paysanne en faveur d’une réduction de production obligatoire

Enfin, concernant les aides Pac, « il y aura certainement à convaincre le gouvernement de mettre les moyens humains nécessaires pour éviter les retards de paiement parce que cette année, particulièrement, il faudra que les aides tombent au bon moment pour la trésorerie des fermes », ajoute le trésorier du syndicat.

« Autour de ces 24 mesures, c’est la volonté de solidarité qui doit nous animer tous », conclut Nicolas Girod. «  La crise met en lumière certaines limites et dépendances de notre système alimentaire (…), on a oublié un peu vite que la sécurité et la souveraineté alimentaire doivent être une priorité commune à la France et à l’Europe, et ce n’est pas forcément simple de remettre cet enjeu en plein cœur d’une crise sanitaire », ajoute le porte-parole de la Confédération paysanne, qui compte sur les responsables politiques pour soutenir massivement la relocalisation du système agricole.

Lire aussi :
– Confédération paysanne : au regard de la crise, repenser le modèle agricole à long terme
– Le Covid-19 invite à repenser les modèles agricoles, pour les socialistes

Les articles du dossier