sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Innovations Agritechnica

précédent

/11

articles

suivant

Lubrizol

L'indemnisation des agriculteurs satisfait les organisations syndicales


AFP le 12/10/2019 à 08:30

Les organisations syndicales agricoles ont exprimé vendredi leur satisfaction après l'annonce d'un fonds de solidarité abondé à hauteur de 50 millions d'euros pour couvrir les pertes subies par les agriculteurs à la suite de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol, à Rouen.

« C’est une avancée très importante, une première victoire », s’est félicitée la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, interrogée au micro de FranceInfo.

Ce fonds « répond à notre demande de voir s’appliquer le principe du pollueur-payeur », a de son côté déclaré la Confédération paysanne dans un communiqué. « Ce principe devra perdurer s’agissant des risques de pollution des sols et des animaux à plus long terme. Des risques liés notamment aux effets d’accumulation, que l’Anses n’est pas encore en capacité d’évaluer », ajoute le communiqué, en évoquant l’Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation.

Un avis que partage également la présidente de la FNSEA, qui estime qu’« il faut que ce soit compensé à l’euro », tout en reconnaissant qu’il n’est « pas possible » pour l’heure « d’estimer totalement » les pertes subies par les agriculteurs touchés. « Autant c’est simple de comptabiliser les litres de lait qui sont traits tous les jours et qui sont jetés, les milliers d’œufs qui sont produits, autant c’est beaucoup plus difficile de comptabiliser la perte de ventes de légumes, de miel, la perte liée aux retards de récoltes pour certains herbages », a détaillé Christiane Lambert.

Lubrizol a consenti à la création d’un fonds de solidarité, abondé à hauteur de 50 millions d’euros, pour couvrir les pertes subies par tous les agriculteurs et les autres secteurs non agricoles touchés, avait révélé le quotidien Les Echos vendredi.

L’entreprise indemnisera également 453 éleveurs des six départements (Seine-Maritime, Oise, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Nord) frappés par des interdictions préfectorales de produire du lait. En tout « 3 000 agriculteurs ont été concernés » par les conséquences de l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen le 26 septembre, a rappelé vendredi le ministre de l’agriculture Didier Guillaume.

Lubrizol

L'indemnisation des agriculteurs satisfait les organisations syndicales


AFP le 12/10/2019 à 08:30

Les organisations syndicales agricoles ont exprimé vendredi leur satisfaction après l'annonce d'un fonds de solidarité abondé à hauteur de 50 millions d'euros pour couvrir les pertes subies par les agriculteurs à la suite de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol, à Rouen.

« C’est une avancée très importante, une première victoire », s’est félicitée la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, interrogée au micro de FranceInfo.

Ce fonds « répond à notre demande de voir s’appliquer le principe du pollueur-payeur », a de son côté déclaré la Confédération paysanne dans un communiqué. « Ce principe devra perdurer s’agissant des risques de pollution des sols et des animaux à plus long terme. Des risques liés notamment aux effets d’accumulation, que l’Anses n’est pas encore en capacité d’évaluer », ajoute le communiqué, en évoquant l’Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation.

Un avis que partage également la présidente de la FNSEA, qui estime qu’« il faut que ce soit compensé à l’euro », tout en reconnaissant qu’il n’est « pas possible » pour l’heure « d’estimer totalement » les pertes subies par les agriculteurs touchés. « Autant c’est simple de comptabiliser les litres de lait qui sont traits tous les jours et qui sont jetés, les milliers d’œufs qui sont produits, autant c’est beaucoup plus difficile de comptabiliser la perte de ventes de légumes, de miel, la perte liée aux retards de récoltes pour certains herbages », a détaillé Christiane Lambert.

Lubrizol a consenti à la création d’un fonds de solidarité, abondé à hauteur de 50 millions d’euros, pour couvrir les pertes subies par tous les agriculteurs et les autres secteurs non agricoles touchés, avait révélé le quotidien Les Echos vendredi.

L’entreprise indemnisera également 453 éleveurs des six départements (Seine-Maritime, Oise, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Nord) frappés par des interdictions préfectorales de produire du lait. En tout « 3 000 agriculteurs ont été concernés » par les conséquences de l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen le 26 septembre, a rappelé vendredi le ministre de l’agriculture Didier Guillaume.

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Incendie Lubrizol

précédent

13/30

articles

suivant

Lubrizol

L'indemnisation des agriculteurs satisfait les organisations syndicales


AFP le 12/10/2019 à 08:30

Les organisations syndicales agricoles ont exprimé vendredi leur satisfaction après l'annonce d'un fonds de solidarité abondé à hauteur de 50 millions d'euros pour couvrir les pertes subies par les agriculteurs à la suite de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol, à Rouen.

« C’est une avancée très importante, une première victoire », s’est félicitée la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, interrogée au micro de FranceInfo.

Ce fonds « répond à notre demande de voir s’appliquer le principe du pollueur-payeur », a de son côté déclaré la Confédération paysanne dans un communiqué. « Ce principe devra perdurer s’agissant des risques de pollution des sols et des animaux à plus long terme. Des risques liés notamment aux effets d’accumulation, que l’Anses n’est pas encore en capacité d’évaluer », ajoute le communiqué, en évoquant l’Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation.

Un avis que partage également la présidente de la FNSEA, qui estime qu’« il faut que ce soit compensé à l’euro », tout en reconnaissant qu’il n’est « pas possible » pour l’heure « d’estimer totalement » les pertes subies par les agriculteurs touchés. « Autant c’est simple de comptabiliser les litres de lait qui sont traits tous les jours et qui sont jetés, les milliers d’œufs qui sont produits, autant c’est beaucoup plus difficile de comptabiliser la perte de ventes de légumes, de miel, la perte liée aux retards de récoltes pour certains herbages », a détaillé Christiane Lambert.

Lubrizol a consenti à la création d’un fonds de solidarité, abondé à hauteur de 50 millions d’euros, pour couvrir les pertes subies par tous les agriculteurs et les autres secteurs non agricoles touchés, avait révélé le quotidien Les Echos vendredi.

L’entreprise indemnisera également 453 éleveurs des six départements (Seine-Maritime, Oise, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Nord) frappés par des interdictions préfectorales de produire du lait. En tout « 3 000 agriculteurs ont été concernés » par les conséquences de l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen le 26 septembre, a rappelé vendredi le ministre de l’agriculture Didier Guillaume.

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Sommet de l’Elevage

précédent

/16

articles

suivant

Lubrizol

L'indemnisation des agriculteurs satisfait les organisations syndicales


AFP le 12/10/2019 à 08:30

Les organisations syndicales agricoles ont exprimé vendredi leur satisfaction après l'annonce d'un fonds de solidarité abondé à hauteur de 50 millions d'euros pour couvrir les pertes subies par les agriculteurs à la suite de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol, à Rouen.

« C’est une avancée très importante, une première victoire », s’est félicitée la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, interrogée au micro de FranceInfo.

Ce fonds « répond à notre demande de voir s’appliquer le principe du pollueur-payeur », a de son côté déclaré la Confédération paysanne dans un communiqué. « Ce principe devra perdurer s’agissant des risques de pollution des sols et des animaux à plus long terme. Des risques liés notamment aux effets d’accumulation, que l’Anses n’est pas encore en capacité d’évaluer », ajoute le communiqué, en évoquant l’Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation.

Un avis que partage également la présidente de la FNSEA, qui estime qu’« il faut que ce soit compensé à l’euro », tout en reconnaissant qu’il n’est « pas possible » pour l’heure « d’estimer totalement » les pertes subies par les agriculteurs touchés. « Autant c’est simple de comptabiliser les litres de lait qui sont traits tous les jours et qui sont jetés, les milliers d’œufs qui sont produits, autant c’est beaucoup plus difficile de comptabiliser la perte de ventes de légumes, de miel, la perte liée aux retards de récoltes pour certains herbages », a détaillé Christiane Lambert.

Lubrizol a consenti à la création d’un fonds de solidarité, abondé à hauteur de 50 millions d’euros, pour couvrir les pertes subies par tous les agriculteurs et les autres secteurs non agricoles touchés, avait révélé le quotidien Les Echos vendredi.

L’entreprise indemnisera également 453 éleveurs des six départements (Seine-Maritime, Oise, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Nord) frappés par des interdictions préfectorales de produire du lait. En tout « 3 000 agriculteurs ont été concernés » par les conséquences de l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen le 26 septembre, a rappelé vendredi le ministre de l’agriculture Didier Guillaume.

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Mal-être des agriculteurs

précédent

/16

articles

suivant

Lubrizol

L'indemnisation des agriculteurs satisfait les organisations syndicales


AFP le 12/10/2019 à 08:30

Les organisations syndicales agricoles ont exprimé vendredi leur satisfaction après l'annonce d'un fonds de solidarité abondé à hauteur de 50 millions d'euros pour couvrir les pertes subies par les agriculteurs à la suite de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol, à Rouen.

« C’est une avancée très importante, une première victoire », s’est félicitée la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, interrogée au micro de FranceInfo.

Ce fonds « répond à notre demande de voir s’appliquer le principe du pollueur-payeur », a de son côté déclaré la Confédération paysanne dans un communiqué. « Ce principe devra perdurer s’agissant des risques de pollution des sols et des animaux à plus long terme. Des risques liés notamment aux effets d’accumulation, que l’Anses n’est pas encore en capacité d’évaluer », ajoute le communiqué, en évoquant l’Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation.

Un avis que partage également la présidente de la FNSEA, qui estime qu’« il faut que ce soit compensé à l’euro », tout en reconnaissant qu’il n’est « pas possible » pour l’heure « d’estimer totalement » les pertes subies par les agriculteurs touchés. « Autant c’est simple de comptabiliser les litres de lait qui sont traits tous les jours et qui sont jetés, les milliers d’œufs qui sont produits, autant c’est beaucoup plus difficile de comptabiliser la perte de ventes de légumes, de miel, la perte liée aux retards de récoltes pour certains herbages », a détaillé Christiane Lambert.

Lubrizol a consenti à la création d’un fonds de solidarité, abondé à hauteur de 50 millions d’euros, pour couvrir les pertes subies par tous les agriculteurs et les autres secteurs non agricoles touchés, avait révélé le quotidien Les Echos vendredi.

L’entreprise indemnisera également 453 éleveurs des six départements (Seine-Maritime, Oise, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Nord) frappés par des interdictions préfectorales de produire du lait. En tout « 3 000 agriculteurs ont été concernés » par les conséquences de l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen le 26 septembre, a rappelé vendredi le ministre de l’agriculture Didier Guillaume.

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Zones de non traitement

précédent

/28

articles

suivant

Lubrizol

L'indemnisation des agriculteurs satisfait les organisations syndicales


AFP le 12/10/2019 à 08:30

Les organisations syndicales agricoles ont exprimé vendredi leur satisfaction après l'annonce d'un fonds de solidarité abondé à hauteur de 50 millions d'euros pour couvrir les pertes subies par les agriculteurs à la suite de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol, à Rouen.

« C’est une avancée très importante, une première victoire », s’est félicitée la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, interrogée au micro de FranceInfo.

Ce fonds « répond à notre demande de voir s’appliquer le principe du pollueur-payeur », a de son côté déclaré la Confédération paysanne dans un communiqué. « Ce principe devra perdurer s’agissant des risques de pollution des sols et des animaux à plus long terme. Des risques liés notamment aux effets d’accumulation, que l’Anses n’est pas encore en capacité d’évaluer », ajoute le communiqué, en évoquant l’Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation.

Un avis que partage également la présidente de la FNSEA, qui estime qu’« il faut que ce soit compensé à l’euro », tout en reconnaissant qu’il n’est « pas possible » pour l’heure « d’estimer totalement » les pertes subies par les agriculteurs touchés. « Autant c’est simple de comptabiliser les litres de lait qui sont traits tous les jours et qui sont jetés, les milliers d’œufs qui sont produits, autant c’est beaucoup plus difficile de comptabiliser la perte de ventes de légumes, de miel, la perte liée aux retards de récoltes pour certains herbages », a détaillé Christiane Lambert.

Lubrizol a consenti à la création d’un fonds de solidarité, abondé à hauteur de 50 millions d’euros, pour couvrir les pertes subies par tous les agriculteurs et les autres secteurs non agricoles touchés, avait révélé le quotidien Les Echos vendredi.

L’entreprise indemnisera également 453 éleveurs des six départements (Seine-Maritime, Oise, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Nord) frappés par des interdictions préfectorales de produire du lait. En tout « 3 000 agriculteurs ont été concernés » par les conséquences de l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen le 26 septembre, a rappelé vendredi le ministre de l’agriculture Didier Guillaume.

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Transmission

précédent

/14

articles

suivant

Lubrizol

L'indemnisation des agriculteurs satisfait les organisations syndicales


AFP le 12/10/2019 à 08:30

Les organisations syndicales agricoles ont exprimé vendredi leur satisfaction après l'annonce d'un fonds de solidarité abondé à hauteur de 50 millions d'euros pour couvrir les pertes subies par les agriculteurs à la suite de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol, à Rouen.

« C’est une avancée très importante, une première victoire », s’est félicitée la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, interrogée au micro de FranceInfo.

Ce fonds « répond à notre demande de voir s’appliquer le principe du pollueur-payeur », a de son côté déclaré la Confédération paysanne dans un communiqué. « Ce principe devra perdurer s’agissant des risques de pollution des sols et des animaux à plus long terme. Des risques liés notamment aux effets d’accumulation, que l’Anses n’est pas encore en capacité d’évaluer », ajoute le communiqué, en évoquant l’Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation.

Un avis que partage également la présidente de la FNSEA, qui estime qu’« il faut que ce soit compensé à l’euro », tout en reconnaissant qu’il n’est « pas possible » pour l’heure « d’estimer totalement » les pertes subies par les agriculteurs touchés. « Autant c’est simple de comptabiliser les litres de lait qui sont traits tous les jours et qui sont jetés, les milliers d’œufs qui sont produits, autant c’est beaucoup plus difficile de comptabiliser la perte de ventes de légumes, de miel, la perte liée aux retards de récoltes pour certains herbages », a détaillé Christiane Lambert.

Lubrizol a consenti à la création d’un fonds de solidarité, abondé à hauteur de 50 millions d’euros, pour couvrir les pertes subies par tous les agriculteurs et les autres secteurs non agricoles touchés, avait révélé le quotidien Les Echos vendredi.

L’entreprise indemnisera également 453 éleveurs des six départements (Seine-Maritime, Oise, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Nord) frappés par des interdictions préfectorales de produire du lait. En tout « 3 000 agriculteurs ont été concernés » par les conséquences de l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen le 26 septembre, a rappelé vendredi le ministre de l’agriculture Didier Guillaume.

Lubrizol

L'indemnisation des agriculteurs satisfait les organisations syndicales


AFP le 12/10/2019 à 08:30

Les organisations syndicales agricoles ont exprimé vendredi leur satisfaction après l'annonce d'un fonds de solidarité abondé à hauteur de 50 millions d'euros pour couvrir les pertes subies par les agriculteurs à la suite de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol, à Rouen.

« C’est une avancée très importante, une première victoire », s’est félicitée la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, interrogée au micro de FranceInfo.

Ce fonds « répond à notre demande de voir s’appliquer le principe du pollueur-payeur », a de son côté déclaré la Confédération paysanne dans un communiqué. « Ce principe devra perdurer s’agissant des risques de pollution des sols et des animaux à plus long terme. Des risques liés notamment aux effets d’accumulation, que l’Anses n’est pas encore en capacité d’évaluer », ajoute le communiqué, en évoquant l’Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation.

Un avis que partage également la présidente de la FNSEA, qui estime qu’« il faut que ce soit compensé à l’euro », tout en reconnaissant qu’il n’est « pas possible » pour l’heure « d’estimer totalement » les pertes subies par les agriculteurs touchés. « Autant c’est simple de comptabiliser les litres de lait qui sont traits tous les jours et qui sont jetés, les milliers d’œufs qui sont produits, autant c’est beaucoup plus difficile de comptabiliser la perte de ventes de légumes, de miel, la perte liée aux retards de récoltes pour certains herbages », a détaillé Christiane Lambert.

Lubrizol a consenti à la création d’un fonds de solidarité, abondé à hauteur de 50 millions d’euros, pour couvrir les pertes subies par tous les agriculteurs et les autres secteurs non agricoles touchés, avait révélé le quotidien Les Echos vendredi.

L’entreprise indemnisera également 453 éleveurs des six départements (Seine-Maritime, Oise, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Nord) frappés par des interdictions préfectorales de produire du lait. En tout « 3 000 agriculteurs ont été concernés » par les conséquences de l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen le 26 septembre, a rappelé vendredi le ministre de l’agriculture Didier Guillaume.

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Installation

précédent

/9

articles

suivant

Lubrizol

L'indemnisation des agriculteurs satisfait les organisations syndicales


AFP le 12/10/2019 à 08:30

Les organisations syndicales agricoles ont exprimé vendredi leur satisfaction après l'annonce d'un fonds de solidarité abondé à hauteur de 50 millions d'euros pour couvrir les pertes subies par les agriculteurs à la suite de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol, à Rouen.

« C’est une avancée très importante, une première victoire », s’est félicitée la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, interrogée au micro de FranceInfo.

Ce fonds « répond à notre demande de voir s’appliquer le principe du pollueur-payeur », a de son côté déclaré la Confédération paysanne dans un communiqué. « Ce principe devra perdurer s’agissant des risques de pollution des sols et des animaux à plus long terme. Des risques liés notamment aux effets d’accumulation, que l’Anses n’est pas encore en capacité d’évaluer », ajoute le communiqué, en évoquant l’Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation.

Un avis que partage également la présidente de la FNSEA, qui estime qu’« il faut que ce soit compensé à l’euro », tout en reconnaissant qu’il n’est « pas possible » pour l’heure « d’estimer totalement » les pertes subies par les agriculteurs touchés. « Autant c’est simple de comptabiliser les litres de lait qui sont traits tous les jours et qui sont jetés, les milliers d’œufs qui sont produits, autant c’est beaucoup plus difficile de comptabiliser la perte de ventes de légumes, de miel, la perte liée aux retards de récoltes pour certains herbages », a détaillé Christiane Lambert.

Lubrizol a consenti à la création d’un fonds de solidarité, abondé à hauteur de 50 millions d’euros, pour couvrir les pertes subies par tous les agriculteurs et les autres secteurs non agricoles touchés, avait révélé le quotidien Les Echos vendredi.

L’entreprise indemnisera également 453 éleveurs des six départements (Seine-Maritime, Oise, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Nord) frappés par des interdictions préfectorales de produire du lait. En tout « 3 000 agriculteurs ont été concernés » par les conséquences de l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen le 26 septembre, a rappelé vendredi le ministre de l’agriculture Didier Guillaume.