sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Elections européennes

précédent

18/26

articles

suivant

Élections européennes 2019

L’UDI pour « une Europe qui se préoccupe du juste partage de la valeur ajoutée »


TNC le 02/05/2019 à 11:09

À l’approche du scrutin des élections européennes, dimanche 26 mai, les programmes agricoles des principales listes présentées se précisent. Celui de l'UDI-Les Européens, présenté par Olivier Mevel mi-avril, se focalise sur la lutte contre les distorsions de concurrence intra-européennes, via la fiscalité et les conditions sociales d'emploi. Le Parti de Jean-Christophe Lagarde souhaite aussi une plus grande transparence des négociations des accords de libre-échange.

« Si c’est difficile pour toutes les agricultures, en Europe, mais aussi aux États-Unis, en Australie ou en Asie, c’est parce que ce n’est plus la fourche mais la fourchette qui fait le marché ».

Connaisseur de la structuration des marchés agricoles et ancien candidat à la présidence de l’observatoire de la formation des prix et des marges, l’universitaire Olivier Mevel présentait, mi-avril 2019, le programme agricole de l’UDI-Les Européens pour les élections européennes à l’occasion d’un événement organisé par le Syrpa, le réseau des communicants en agriculture. Un programme qui défend une « meilleure efficacité de la Pac » et « la construction d’un plan stratégique pour l’agriculture européenne ».

L’UDI compte se focaliser sur la lutte contre les distorsions de concurrence au sein même de l’Europe. « Il est urgent de poser les mêmes règles sur le travail détaché et sur la fiscalité des entreprises », explique-t-il.

Les propositions de l’UDI-Les Européens sur la Pac

« Relégitimer la Pac aux yeux des consommateurs » : « Partout la question est la même, explique Olivier Mevel. Pourquoi la Pac coûte-t-elle autant ? Le parlement européen doit engager une discussion sur la Pac et expliquer qu’il s’agit de l’une des rares politiques européennes qui fonctionne. Il faut réexpliquer l’externalité positive qu’est la Pac. »

« Améliorer l’efficacité de la Pac » : « La Pac, c’est un bien commun, une externalité positive qui génère du lien et du soutien. Mais il y a des soucis à tous les étages : prix mondiaux volatiles, traités internationaux menaçants, normes européennes incomprises, coût fiscal et social français jugé trop élevé. »

Augmenter le budget de la Pac : « Baisser le budget de 5 % tel que proposé par la Commission européenne n’est pas admissible car le consommateur entre en transition écologique et protéique. » L’UDI-Les Européens souhaite « augmenter le budget de la Pac en faveur des exploitants en difficulté grâce à la disparition du rabais britannique ». Le parti veut « affecter l’enveloppe consacrée auparavant par les États membres au “rabais britannique” au financement d’une augmentation du budget de la Pac. « Le rabais britannique coûte en moyenne 6,07 Mds€ aux États européens chaque année : en affectant ces contributions à la Pac, nous pourrions largement compenser la baisse des crédits envisagée par la Commission. »

L’UDI-Les Européens promet de défendre un plafonnement des aides directes à 80 000 €.

Les autres propositions de l’UDI-Les Européens

  • Construire un plan stratégique pour l’agriculture européenne sur 5 voire 10 ans : « Il est temps de repositionner l’agriculture comme le premier pilier de la santé des Européens. Il faut refaire le lien entre les agriculteurs et les citoyens-consommateurs européens en « favorisant l’autonomie alimentaire » ;
  • Faire une « mise en équivalence des productions » dans le cadre des accords bilatéraux sur quatre points : climatique, environnemental, sanitaire et social ;
  • Rendre publiques et transparentes les négociations des accords de libre-échange ;
  • Réduire les distorsions de concurrence au sein même de l’Europe et faire cesser la « lutte entre les bassins de production » en « posant les mêmes règles sur le travail détaché et sur la fiscalité des entreprises » ;
  • Empêcher l’accaparement de nos terres agricoles par des investisseurs étrangers : « lutter contre l’accaparement des terres en interdisant leur cession à des personnes morales extra-européennes » ;
  • Faire voter un « règlement européen contre l’importation d’aliments traités avec des molécules interdites en Europe » ;
  • Augmenter les budgets européens liés à la recherche agronomique et de se concentrer sur deux projets : l’agriculture de précision qui met les nouvelles technologies au service de nos agriculteurs et les nouvelles techniques de sélections végétales ;
  • Généraliser au sein de l’Europe l’étiquetage nutritionnel Nutri-Score ;
  • Rendre obligatoire le stockage des données européennes sur des serveurs physiquement situés sur le territoire européen ;
  • Faire rapprocher les niveaux de protection sociale en même temps que la fiscalité.

[Vidéo] Le programme agricole de l’UDI-Les européens expliqué par le candidat Olivier Mevel :

Pour ces élections européennes, les questions agricoles et environnementales seront, au sein de la liste UDI-Les européens, portées par :

  • Olivier Mevel, universitaire, spécialiste des questions agricoles (5e position)
  • Juliette Aubert-Zocchetto, cadre dans une entreprise de services à l’environnement (6e position)
  • Marcel Denieul, agriculteur, président du Space, ancien président de la chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine (35e position)

À lire : EGAlim – Olivier Mevel : « Le problème numéro un, ce sont les grandes surfaces ! »

À lire également : Répartition de la marge – Olivier Mevel : « Faisons table rase pour mieux protéger les agriculteurs »

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Toute l’actualité sur les salons agricoles SIA et SIMA 2019

précédent

/44

articles

suivant

Élections européennes 2019

L’UDI pour « une Europe qui se préoccupe du juste partage de la valeur ajoutée »


TNC le 02/05/2019 à 11:09

À l’approche du scrutin des élections européennes, dimanche 26 mai, les programmes agricoles des principales listes présentées se précisent. Celui de l'UDI-Les Européens, présenté par Olivier Mevel mi-avril, se focalise sur la lutte contre les distorsions de concurrence intra-européennes, via la fiscalité et les conditions sociales d'emploi. Le Parti de Jean-Christophe Lagarde souhaite aussi une plus grande transparence des négociations des accords de libre-échange.

« Si c’est difficile pour toutes les agricultures, en Europe, mais aussi aux États-Unis, en Australie ou en Asie, c’est parce que ce n’est plus la fourche mais la fourchette qui fait le marché ».

Connaisseur de la structuration des marchés agricoles et ancien candidat à la présidence de l’observatoire de la formation des prix et des marges, l’universitaire Olivier Mevel présentait, mi-avril 2019, le programme agricole de l’UDI-Les Européens pour les élections européennes à l’occasion d’un événement organisé par le Syrpa, le réseau des communicants en agriculture. Un programme qui défend une « meilleure efficacité de la Pac » et « la construction d’un plan stratégique pour l’agriculture européenne ».

L’UDI compte se focaliser sur la lutte contre les distorsions de concurrence au sein même de l’Europe. « Il est urgent de poser les mêmes règles sur le travail détaché et sur la fiscalité des entreprises », explique-t-il.

Les propositions de l’UDI-Les Européens sur la Pac

« Relégitimer la Pac aux yeux des consommateurs » : « Partout la question est la même, explique Olivier Mevel. Pourquoi la Pac coûte-t-elle autant ? Le parlement européen doit engager une discussion sur la Pac et expliquer qu’il s’agit de l’une des rares politiques européennes qui fonctionne. Il faut réexpliquer l’externalité positive qu’est la Pac. »

« Améliorer l’efficacité de la Pac » : « La Pac, c’est un bien commun, une externalité positive qui génère du lien et du soutien. Mais il y a des soucis à tous les étages : prix mondiaux volatiles, traités internationaux menaçants, normes européennes incomprises, coût fiscal et social français jugé trop élevé. »

Augmenter le budget de la Pac : « Baisser le budget de 5 % tel que proposé par la Commission européenne n’est pas admissible car le consommateur entre en transition écologique et protéique. » L’UDI-Les Européens souhaite « augmenter le budget de la Pac en faveur des exploitants en difficulté grâce à la disparition du rabais britannique ». Le parti veut « affecter l’enveloppe consacrée auparavant par les États membres au “rabais britannique” au financement d’une augmentation du budget de la Pac. « Le rabais britannique coûte en moyenne 6,07 Mds€ aux États européens chaque année : en affectant ces contributions à la Pac, nous pourrions largement compenser la baisse des crédits envisagée par la Commission. »

L’UDI-Les Européens promet de défendre un plafonnement des aides directes à 80 000 €.

Les autres propositions de l’UDI-Les Européens

  • Construire un plan stratégique pour l’agriculture européenne sur 5 voire 10 ans : « Il est temps de repositionner l’agriculture comme le premier pilier de la santé des Européens. Il faut refaire le lien entre les agriculteurs et les citoyens-consommateurs européens en « favorisant l’autonomie alimentaire » ;
  • Faire une « mise en équivalence des productions » dans le cadre des accords bilatéraux sur quatre points : climatique, environnemental, sanitaire et social ;
  • Rendre publiques et transparentes les négociations des accords de libre-échange ;
  • Réduire les distorsions de concurrence au sein même de l’Europe et faire cesser la « lutte entre les bassins de production » en « posant les mêmes règles sur le travail détaché et sur la fiscalité des entreprises » ;
  • Empêcher l’accaparement de nos terres agricoles par des investisseurs étrangers : « lutter contre l’accaparement des terres en interdisant leur cession à des personnes morales extra-européennes » ;
  • Faire voter un « règlement européen contre l’importation d’aliments traités avec des molécules interdites en Europe » ;
  • Augmenter les budgets européens liés à la recherche agronomique et de se concentrer sur deux projets : l’agriculture de précision qui met les nouvelles technologies au service de nos agriculteurs et les nouvelles techniques de sélections végétales ;
  • Généraliser au sein de l’Europe l’étiquetage nutritionnel Nutri-Score ;
  • Rendre obligatoire le stockage des données européennes sur des serveurs physiquement situés sur le territoire européen ;
  • Faire rapprocher les niveaux de protection sociale en même temps que la fiscalité.

[Vidéo] Le programme agricole de l’UDI-Les européens expliqué par le candidat Olivier Mevel :

Pour ces élections européennes, les questions agricoles et environnementales seront, au sein de la liste UDI-Les européens, portées par :

  • Olivier Mevel, universitaire, spécialiste des questions agricoles (5e position)
  • Juliette Aubert-Zocchetto, cadre dans une entreprise de services à l’environnement (6e position)
  • Marcel Denieul, agriculteur, président du Space, ancien président de la chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine (35e position)

À lire : EGAlim – Olivier Mevel : « Le problème numéro un, ce sont les grandes surfaces ! »

À lire également : Répartition de la marge – Olivier Mevel : « Faisons table rase pour mieux protéger les agriculteurs »

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Viande polonaise frauduleuse

précédent

/8

articles

suivant

Élections européennes 2019

L’UDI pour « une Europe qui se préoccupe du juste partage de la valeur ajoutée »


TNC le 02/05/2019 à 11:09

À l’approche du scrutin des élections européennes, dimanche 26 mai, les programmes agricoles des principales listes présentées se précisent. Celui de l'UDI-Les Européens, présenté par Olivier Mevel mi-avril, se focalise sur la lutte contre les distorsions de concurrence intra-européennes, via la fiscalité et les conditions sociales d'emploi. Le Parti de Jean-Christophe Lagarde souhaite aussi une plus grande transparence des négociations des accords de libre-échange.

« Si c’est difficile pour toutes les agricultures, en Europe, mais aussi aux États-Unis, en Australie ou en Asie, c’est parce que ce n’est plus la fourche mais la fourchette qui fait le marché ».

Connaisseur de la structuration des marchés agricoles et ancien candidat à la présidence de l’observatoire de la formation des prix et des marges, l’universitaire Olivier Mevel présentait, mi-avril 2019, le programme agricole de l’UDI-Les Européens pour les élections européennes à l’occasion d’un événement organisé par le Syrpa, le réseau des communicants en agriculture. Un programme qui défend une « meilleure efficacité de la Pac » et « la construction d’un plan stratégique pour l’agriculture européenne ».

L’UDI compte se focaliser sur la lutte contre les distorsions de concurrence au sein même de l’Europe. « Il est urgent de poser les mêmes règles sur le travail détaché et sur la fiscalité des entreprises », explique-t-il.

Les propositions de l’UDI-Les Européens sur la Pac

« Relégitimer la Pac aux yeux des consommateurs » : « Partout la question est la même, explique Olivier Mevel. Pourquoi la Pac coûte-t-elle autant ? Le parlement européen doit engager une discussion sur la Pac et expliquer qu’il s’agit de l’une des rares politiques européennes qui fonctionne. Il faut réexpliquer l’externalité positive qu’est la Pac. »

« Améliorer l’efficacité de la Pac » : « La Pac, c’est un bien commun, une externalité positive qui génère du lien et du soutien. Mais il y a des soucis à tous les étages : prix mondiaux volatiles, traités internationaux menaçants, normes européennes incomprises, coût fiscal et social français jugé trop élevé. »

Augmenter le budget de la Pac : « Baisser le budget de 5 % tel que proposé par la Commission européenne n’est pas admissible car le consommateur entre en transition écologique et protéique. » L’UDI-Les Européens souhaite « augmenter le budget de la Pac en faveur des exploitants en difficulté grâce à la disparition du rabais britannique ». Le parti veut « affecter l’enveloppe consacrée auparavant par les États membres au “rabais britannique” au financement d’une augmentation du budget de la Pac. « Le rabais britannique coûte en moyenne 6,07 Mds€ aux États européens chaque année : en affectant ces contributions à la Pac, nous pourrions largement compenser la baisse des crédits envisagée par la Commission. »

L’UDI-Les Européens promet de défendre un plafonnement des aides directes à 80 000 €.

Les autres propositions de l’UDI-Les Européens

  • Construire un plan stratégique pour l’agriculture européenne sur 5 voire 10 ans : « Il est temps de repositionner l’agriculture comme le premier pilier de la santé des Européens. Il faut refaire le lien entre les agriculteurs et les citoyens-consommateurs européens en « favorisant l’autonomie alimentaire » ;
  • Faire une « mise en équivalence des productions » dans le cadre des accords bilatéraux sur quatre points : climatique, environnemental, sanitaire et social ;
  • Rendre publiques et transparentes les négociations des accords de libre-échange ;
  • Réduire les distorsions de concurrence au sein même de l’Europe et faire cesser la « lutte entre les bassins de production » en « posant les mêmes règles sur le travail détaché et sur la fiscalité des entreprises » ;
  • Empêcher l’accaparement de nos terres agricoles par des investisseurs étrangers : « lutter contre l’accaparement des terres en interdisant leur cession à des personnes morales extra-européennes » ;
  • Faire voter un « règlement européen contre l’importation d’aliments traités avec des molécules interdites en Europe » ;
  • Augmenter les budgets européens liés à la recherche agronomique et de se concentrer sur deux projets : l’agriculture de précision qui met les nouvelles technologies au service de nos agriculteurs et les nouvelles techniques de sélections végétales ;
  • Généraliser au sein de l’Europe l’étiquetage nutritionnel Nutri-Score ;
  • Rendre obligatoire le stockage des données européennes sur des serveurs physiquement situés sur le territoire européen ;
  • Faire rapprocher les niveaux de protection sociale en même temps que la fiscalité.

[Vidéo] Le programme agricole de l’UDI-Les européens expliqué par le candidat Olivier Mevel :

Pour ces élections européennes, les questions agricoles et environnementales seront, au sein de la liste UDI-Les européens, portées par :

  • Olivier Mevel, universitaire, spécialiste des questions agricoles (5e position)
  • Juliette Aubert-Zocchetto, cadre dans une entreprise de services à l’environnement (6e position)
  • Marcel Denieul, agriculteur, président du Space, ancien président de la chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine (35e position)

À lire : EGAlim – Olivier Mevel : « Le problème numéro un, ce sont les grandes surfaces ! »

À lire également : Répartition de la marge – Olivier Mevel : « Faisons table rase pour mieux protéger les agriculteurs »

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Affaire Spanghero

précédent

/13

articles

suivant

Élections européennes 2019

L’UDI pour « une Europe qui se préoccupe du juste partage de la valeur ajoutée »


TNC le 02/05/2019 à 11:09

À l’approche du scrutin des élections européennes, dimanche 26 mai, les programmes agricoles des principales listes présentées se précisent. Celui de l'UDI-Les Européens, présenté par Olivier Mevel mi-avril, se focalise sur la lutte contre les distorsions de concurrence intra-européennes, via la fiscalité et les conditions sociales d'emploi. Le Parti de Jean-Christophe Lagarde souhaite aussi une plus grande transparence des négociations des accords de libre-échange.

« Si c’est difficile pour toutes les agricultures, en Europe, mais aussi aux États-Unis, en Australie ou en Asie, c’est parce que ce n’est plus la fourche mais la fourchette qui fait le marché ».

Connaisseur de la structuration des marchés agricoles et ancien candidat à la présidence de l’observatoire de la formation des prix et des marges, l’universitaire Olivier Mevel présentait, mi-avril 2019, le programme agricole de l’UDI-Les Européens pour les élections européennes à l’occasion d’un événement organisé par le Syrpa, le réseau des communicants en agriculture. Un programme qui défend une « meilleure efficacité de la Pac » et « la construction d’un plan stratégique pour l’agriculture européenne ».

L’UDI compte se focaliser sur la lutte contre les distorsions de concurrence au sein même de l’Europe. « Il est urgent de poser les mêmes règles sur le travail détaché et sur la fiscalité des entreprises », explique-t-il.

Les propositions de l’UDI-Les Européens sur la Pac

« Relégitimer la Pac aux yeux des consommateurs » : « Partout la question est la même, explique Olivier Mevel. Pourquoi la Pac coûte-t-elle autant ? Le parlement européen doit engager une discussion sur la Pac et expliquer qu’il s’agit de l’une des rares politiques européennes qui fonctionne. Il faut réexpliquer l’externalité positive qu’est la Pac. »

« Améliorer l’efficacité de la Pac » : « La Pac, c’est un bien commun, une externalité positive qui génère du lien et du soutien. Mais il y a des soucis à tous les étages : prix mondiaux volatiles, traités internationaux menaçants, normes européennes incomprises, coût fiscal et social français jugé trop élevé. »

Augmenter le budget de la Pac : « Baisser le budget de 5 % tel que proposé par la Commission européenne n’est pas admissible car le consommateur entre en transition écologique et protéique. » L’UDI-Les Européens souhaite « augmenter le budget de la Pac en faveur des exploitants en difficulté grâce à la disparition du rabais britannique ». Le parti veut « affecter l’enveloppe consacrée auparavant par les États membres au “rabais britannique” au financement d’une augmentation du budget de la Pac. « Le rabais britannique coûte en moyenne 6,07 Mds€ aux États européens chaque année : en affectant ces contributions à la Pac, nous pourrions largement compenser la baisse des crédits envisagée par la Commission. »

L’UDI-Les Européens promet de défendre un plafonnement des aides directes à 80 000 €.

Les autres propositions de l’UDI-Les Européens

  • Construire un plan stratégique pour l’agriculture européenne sur 5 voire 10 ans : « Il est temps de repositionner l’agriculture comme le premier pilier de la santé des Européens. Il faut refaire le lien entre les agriculteurs et les citoyens-consommateurs européens en « favorisant l’autonomie alimentaire » ;
  • Faire une « mise en équivalence des productions » dans le cadre des accords bilatéraux sur quatre points : climatique, environnemental, sanitaire et social ;
  • Rendre publiques et transparentes les négociations des accords de libre-échange ;
  • Réduire les distorsions de concurrence au sein même de l’Europe et faire cesser la « lutte entre les bassins de production » en « posant les mêmes règles sur le travail détaché et sur la fiscalité des entreprises » ;
  • Empêcher l’accaparement de nos terres agricoles par des investisseurs étrangers : « lutter contre l’accaparement des terres en interdisant leur cession à des personnes morales extra-européennes » ;
  • Faire voter un « règlement européen contre l’importation d’aliments traités avec des molécules interdites en Europe » ;
  • Augmenter les budgets européens liés à la recherche agronomique et de se concentrer sur deux projets : l’agriculture de précision qui met les nouvelles technologies au service de nos agriculteurs et les nouvelles techniques de sélections végétales ;
  • Généraliser au sein de l’Europe l’étiquetage nutritionnel Nutri-Score ;
  • Rendre obligatoire le stockage des données européennes sur des serveurs physiquement situés sur le territoire européen ;
  • Faire rapprocher les niveaux de protection sociale en même temps que la fiscalité.

[Vidéo] Le programme agricole de l’UDI-Les européens expliqué par le candidat Olivier Mevel :

Pour ces élections européennes, les questions agricoles et environnementales seront, au sein de la liste UDI-Les européens, portées par :

  • Olivier Mevel, universitaire, spécialiste des questions agricoles (5e position)
  • Juliette Aubert-Zocchetto, cadre dans une entreprise de services à l’environnement (6e position)
  • Marcel Denieul, agriculteur, président du Space, ancien président de la chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine (35e position)

À lire : EGAlim – Olivier Mevel : « Le problème numéro un, ce sont les grandes surfaces ! »

À lire également : Répartition de la marge – Olivier Mevel : « Faisons table rase pour mieux protéger les agriculteurs »

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Elections des chambres d’agriculture 2019

précédent

/11

articles

suivant

Élections européennes 2019

L’UDI pour « une Europe qui se préoccupe du juste partage de la valeur ajoutée »


TNC le 02/05/2019 à 11:09

À l’approche du scrutin des élections européennes, dimanche 26 mai, les programmes agricoles des principales listes présentées se précisent. Celui de l'UDI-Les Européens, présenté par Olivier Mevel mi-avril, se focalise sur la lutte contre les distorsions de concurrence intra-européennes, via la fiscalité et les conditions sociales d'emploi. Le Parti de Jean-Christophe Lagarde souhaite aussi une plus grande transparence des négociations des accords de libre-échange.

« Si c’est difficile pour toutes les agricultures, en Europe, mais aussi aux États-Unis, en Australie ou en Asie, c’est parce que ce n’est plus la fourche mais la fourchette qui fait le marché ».

Connaisseur de la structuration des marchés agricoles et ancien candidat à la présidence de l’observatoire de la formation des prix et des marges, l’universitaire Olivier Mevel présentait, mi-avril 2019, le programme agricole de l’UDI-Les Européens pour les élections européennes à l’occasion d’un événement organisé par le Syrpa, le réseau des communicants en agriculture. Un programme qui défend une « meilleure efficacité de la Pac » et « la construction d’un plan stratégique pour l’agriculture européenne ».

L’UDI compte se focaliser sur la lutte contre les distorsions de concurrence au sein même de l’Europe. « Il est urgent de poser les mêmes règles sur le travail détaché et sur la fiscalité des entreprises », explique-t-il.

Les propositions de l’UDI-Les Européens sur la Pac

« Relégitimer la Pac aux yeux des consommateurs » : « Partout la question est la même, explique Olivier Mevel. Pourquoi la Pac coûte-t-elle autant ? Le parlement européen doit engager une discussion sur la Pac et expliquer qu’il s’agit de l’une des rares politiques européennes qui fonctionne. Il faut réexpliquer l’externalité positive qu’est la Pac. »

« Améliorer l’efficacité de la Pac » : « La Pac, c’est un bien commun, une externalité positive qui génère du lien et du soutien. Mais il y a des soucis à tous les étages : prix mondiaux volatiles, traités internationaux menaçants, normes européennes incomprises, coût fiscal et social français jugé trop élevé. »

Augmenter le budget de la Pac : « Baisser le budget de 5 % tel que proposé par la Commission européenne n’est pas admissible car le consommateur entre en transition écologique et protéique. » L’UDI-Les Européens souhaite « augmenter le budget de la Pac en faveur des exploitants en difficulté grâce à la disparition du rabais britannique ». Le parti veut « affecter l’enveloppe consacrée auparavant par les États membres au “rabais britannique” au financement d’une augmentation du budget de la Pac. « Le rabais britannique coûte en moyenne 6,07 Mds€ aux États européens chaque année : en affectant ces contributions à la Pac, nous pourrions largement compenser la baisse des crédits envisagée par la Commission. »

L’UDI-Les Européens promet de défendre un plafonnement des aides directes à 80 000 €.

Les autres propositions de l’UDI-Les Européens

  • Construire un plan stratégique pour l’agriculture européenne sur 5 voire 10 ans : « Il est temps de repositionner l’agriculture comme le premier pilier de la santé des Européens. Il faut refaire le lien entre les agriculteurs et les citoyens-consommateurs européens en « favorisant l’autonomie alimentaire » ;
  • Faire une « mise en équivalence des productions » dans le cadre des accords bilatéraux sur quatre points : climatique, environnemental, sanitaire et social ;
  • Rendre publiques et transparentes les négociations des accords de libre-échange ;
  • Réduire les distorsions de concurrence au sein même de l’Europe et faire cesser la « lutte entre les bassins de production » en « posant les mêmes règles sur le travail détaché et sur la fiscalité des entreprises » ;
  • Empêcher l’accaparement de nos terres agricoles par des investisseurs étrangers : « lutter contre l’accaparement des terres en interdisant leur cession à des personnes morales extra-européennes » ;
  • Faire voter un « règlement européen contre l’importation d’aliments traités avec des molécules interdites en Europe » ;
  • Augmenter les budgets européens liés à la recherche agronomique et de se concentrer sur deux projets : l’agriculture de précision qui met les nouvelles technologies au service de nos agriculteurs et les nouvelles techniques de sélections végétales ;
  • Généraliser au sein de l’Europe l’étiquetage nutritionnel Nutri-Score ;
  • Rendre obligatoire le stockage des données européennes sur des serveurs physiquement situés sur le territoire européen ;
  • Faire rapprocher les niveaux de protection sociale en même temps que la fiscalité.

[Vidéo] Le programme agricole de l’UDI-Les européens expliqué par le candidat Olivier Mevel :

Pour ces élections européennes, les questions agricoles et environnementales seront, au sein de la liste UDI-Les européens, portées par :

  • Olivier Mevel, universitaire, spécialiste des questions agricoles (5e position)
  • Juliette Aubert-Zocchetto, cadre dans une entreprise de services à l’environnement (6e position)
  • Marcel Denieul, agriculteur, président du Space, ancien président de la chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine (35e position)

À lire : EGAlim – Olivier Mevel : « Le problème numéro un, ce sont les grandes surfaces ! »

À lire également : Répartition de la marge – Olivier Mevel : « Faisons table rase pour mieux protéger les agriculteurs »

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Tour de l’Agriculture Française

précédent

/13

articles

suivant

Élections européennes 2019

L’UDI pour « une Europe qui se préoccupe du juste partage de la valeur ajoutée »


TNC le 02/05/2019 à 11:09

À l’approche du scrutin des élections européennes, dimanche 26 mai, les programmes agricoles des principales listes présentées se précisent. Celui de l'UDI-Les Européens, présenté par Olivier Mevel mi-avril, se focalise sur la lutte contre les distorsions de concurrence intra-européennes, via la fiscalité et les conditions sociales d'emploi. Le Parti de Jean-Christophe Lagarde souhaite aussi une plus grande transparence des négociations des accords de libre-échange.

« Si c’est difficile pour toutes les agricultures, en Europe, mais aussi aux États-Unis, en Australie ou en Asie, c’est parce que ce n’est plus la fourche mais la fourchette qui fait le marché ».

Connaisseur de la structuration des marchés agricoles et ancien candidat à la présidence de l’observatoire de la formation des prix et des marges, l’universitaire Olivier Mevel présentait, mi-avril 2019, le programme agricole de l’UDI-Les Européens pour les élections européennes à l’occasion d’un événement organisé par le Syrpa, le réseau des communicants en agriculture. Un programme qui défend une « meilleure efficacité de la Pac » et « la construction d’un plan stratégique pour l’agriculture européenne ».

L’UDI compte se focaliser sur la lutte contre les distorsions de concurrence au sein même de l’Europe. « Il est urgent de poser les mêmes règles sur le travail détaché et sur la fiscalité des entreprises », explique-t-il.

Les propositions de l’UDI-Les Européens sur la Pac

« Relégitimer la Pac aux yeux des consommateurs » : « Partout la question est la même, explique Olivier Mevel. Pourquoi la Pac coûte-t-elle autant ? Le parlement européen doit engager une discussion sur la Pac et expliquer qu’il s’agit de l’une des rares politiques européennes qui fonctionne. Il faut réexpliquer l’externalité positive qu’est la Pac. »

« Améliorer l’efficacité de la Pac » : « La Pac, c’est un bien commun, une externalité positive qui génère du lien et du soutien. Mais il y a des soucis à tous les étages : prix mondiaux volatiles, traités internationaux menaçants, normes européennes incomprises, coût fiscal et social français jugé trop élevé. »

Augmenter le budget de la Pac : « Baisser le budget de 5 % tel que proposé par la Commission européenne n’est pas admissible car le consommateur entre en transition écologique et protéique. » L’UDI-Les Européens souhaite « augmenter le budget de la Pac en faveur des exploitants en difficulté grâce à la disparition du rabais britannique ». Le parti veut « affecter l’enveloppe consacrée auparavant par les États membres au “rabais britannique” au financement d’une augmentation du budget de la Pac. « Le rabais britannique coûte en moyenne 6,07 Mds€ aux États européens chaque année : en affectant ces contributions à la Pac, nous pourrions largement compenser la baisse des crédits envisagée par la Commission. »

L’UDI-Les Européens promet de défendre un plafonnement des aides directes à 80 000 €.

Les autres propositions de l’UDI-Les Européens

  • Construire un plan stratégique pour l’agriculture européenne sur 5 voire 10 ans : « Il est temps de repositionner l’agriculture comme le premier pilier de la santé des Européens. Il faut refaire le lien entre les agriculteurs et les citoyens-consommateurs européens en « favorisant l’autonomie alimentaire » ;
  • Faire une « mise en équivalence des productions » dans le cadre des accords bilatéraux sur quatre points : climatique, environnemental, sanitaire et social ;
  • Rendre publiques et transparentes les négociations des accords de libre-échange ;
  • Réduire les distorsions de concurrence au sein même de l’Europe et faire cesser la « lutte entre les bassins de production » en « posant les mêmes règles sur le travail détaché et sur la fiscalité des entreprises » ;
  • Empêcher l’accaparement de nos terres agricoles par des investisseurs étrangers : « lutter contre l’accaparement des terres en interdisant leur cession à des personnes morales extra-européennes » ;
  • Faire voter un « règlement européen contre l’importation d’aliments traités avec des molécules interdites en Europe » ;
  • Augmenter les budgets européens liés à la recherche agronomique et de se concentrer sur deux projets : l’agriculture de précision qui met les nouvelles technologies au service de nos agriculteurs et les nouvelles techniques de sélections végétales ;
  • Généraliser au sein de l’Europe l’étiquetage nutritionnel Nutri-Score ;
  • Rendre obligatoire le stockage des données européennes sur des serveurs physiquement situés sur le territoire européen ;
  • Faire rapprocher les niveaux de protection sociale en même temps que la fiscalité.

[Vidéo] Le programme agricole de l’UDI-Les européens expliqué par le candidat Olivier Mevel :

Pour ces élections européennes, les questions agricoles et environnementales seront, au sein de la liste UDI-Les européens, portées par :

  • Olivier Mevel, universitaire, spécialiste des questions agricoles (5e position)
  • Juliette Aubert-Zocchetto, cadre dans une entreprise de services à l’environnement (6e position)
  • Marcel Denieul, agriculteur, président du Space, ancien président de la chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine (35e position)

À lire : EGAlim – Olivier Mevel : « Le problème numéro un, ce sont les grandes surfaces ! »

À lire également : Répartition de la marge – Olivier Mevel : « Faisons table rase pour mieux protéger les agriculteurs »