sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Crise sanitaire et reconfinement

précédent

17/30

articles

suivant

Coronavirus des visons

Une agence européenne appelle à renforcer les tests autour des élevages


AFP le 12/11/2020 à 18:10

Après la découverte d'une mutation potentiellement problématique du coronavirus chez les visons au Danemark, l'agence sanitaire européenne chargée des maladies a appelé jeudi à renforcer les tests autour des élevages.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), qui recouvre principalement les 27 pays de l’Union européenne et le Royaume-Uni, a invité chaque nation à prendre des « mesures de prévention et de contrôle des infections pour les travailleurs des élevages de visons et les visiteurs ».

Elle appelle également les pays à tester les visons, rares animaux à pouvoir à la fois être infectés par le coronavirus et contaminer l’être humain. Ainsi qu’à disposer de « stratégies de préparation et de réponse ».

L’ECDC ne fait pas de recommandations liés à d’éventuels abattages préventifs, qui « sont en dehors de son domaine » de compétence, a précisé à l’AFP un porte-parole.

Le Danemark, premier exportateur mondial de peaux de visons, avait ordonné la semaine dernière l’abattage de plus de 15 millions de ces mammifères après la découverte d’une mutation possiblement problématique. Le pays scandinave a ensuite dû reconnaître qu’il n’avait pas de texte de loi suffisant pour l’imposer. Un texte interdisant l’élevage jusqu’en 2022 doit être présenté au Parlement.

La mutation d’un virus est banale et souvent anodine, selon la communauté scientifique. Mais dans le cas de cette souche, appelée « Cluster 5 », elle présenterait le risque, d’après les premières évaluations danoises, d’une moindre efficacité des anticorps humains.

Lire aussi : La filière dénonce une instrumentalisation du Covid pour fermer les élevages

« Diffusée largement dans la population, elle pourrait potentiellement affecter le niveau général d’efficacité des vaccins en cours de développement, et le développement d’un réservoir de virus chez les visons pourrait favoriser des variants de virus problématiques à l’avenir », observe l’ECDC jeudi.

Il y a toutefois « une grande incertitude » sur la réalité de ce risque « et d’autres recherches sont nécessaires sur la nature de ces mutations et leurs implications », selon l’agence européenne.

Outre « Cluster 5 », quatre autres mutations du virus en provenance du vison ont été identifiées mais ne sont pas elles considérées comme problématiques. Au total, 214 malades ont été porteurs de formes mutantes liées aux visons au Danemark, dont 12 de la forme « Cluster 5 » qui remontent à septembre. Aucun nouveau cas humain de cette souche n’a été détecté ces derniers jours.

Les articles du dossier