Blé tendre

Peut-on utiliser des grains à la qualité dégradée pour de la semence de ferme ?


TNC le 02/09/2021 à 14:33
Arvalis recommande d'évaluer la faculté germinative des grains, notamment pour adapter la densité de semis en fonction. (©TNC)

Arvalis recommande d'évaluer la faculté germinative des grains, notamment pour adapter la densité de semis en fonction. (©TNC)

Pour l'équipe régionale Hauts-de-France d'Arvalis-Institut du végétal, il n'est pas impossible d'utiliser un lot de blé tendre « faiblement germé, à faible temps de chute d'Hagberg (TCH) » ou avec un PS bas pour faire des semences de ferme. Il suffit juste de « respecter certaines conditions. »

Vous disposez d’un lot de blé tendre « faiblement germé ou à faible TCH » et vous souhaitez l’utiliser pour de la semence de ferme ? Selon l’équipe régionale Hauts-de-France d’Arvalis-Institut du végétal, c’est possible, à condition de respecter certaines étapes. « Tout d’abord, il faut de bonnes conditions de stockage afin d’assurer la conservation des lots de semences. Pour cela, il faut récolter à une humidité inférieure à 15 % et ventiler le lot afin d’avoir une température autour de 15-20°C », précisent les experts. 

Trois tests de germination à prévoir

« Il convient, ensuite, d’effectuer un test de germination à la récolte : si la faculté germinative du lot récolté est inférieure à 80 %, il ne peut pas être utilisé pour faire des semences. Il faudra alors prévoir des semences certifiées. »

Deux autres tests de germination sont recommandés : « en septembre après quelques temps de stockage et juste avant les semis », de manière à adapter la densité de semis en fonction, selon la formule suivante : 

Grains à semer/m² = Préconisations densité semis Arvalis en grains/m² / (faculté germinative/95)

« Enfin, le traitement de semences est à effectuer au dernier moment, après la deuxième vérification de la faculté germinative du lot. »

Le fait de réaliser des tests de germination « prend un peu de temps, mais c’est absolument nécessaire, précise aussi Alain Tournier, conseiller à la chambre d’agriculture de l’Aisne. Augmenter les densités de semis arbitrairement, ça peut être insuffisant, comme ça peut être excessif. De plus, cet exercice est valable pour les blés, les orges, mais aussi pour les pois d’hiver ».

Concernant le poids spécifique (PS), des lots avec PS bas « n’empêchent absolument pas de faire de la semence de ferme », ajoute l’équipe régionale Arvalis. « Dans des gammes normales de PS, il n’a pas été trouvé de relation significative entre le PS d’un blé et sa valeur meunière, boulangère et nutritionnelle pour l’alimentation du bétail. »

« Toutefois, lorsque les niveaux de PS sont inférieurs à 70-72 kg/hl, des modifications du profil chimique du blé (amidon, fibres…) pourraient être suffisamment importantes pour dégrader la valeur nutritionnelle en alimentation animale chez les monogastriques. Les très faibles PS peuvent également affecter le taux d’extraction en farine. »