Virus de la tomate

Les plants infectés détruits « incessamment »


AFP le 25/02/2020 à 19:10

Les plants de tomates touchés par le virus ToBRFV ou virus de la tomate, dans le Finistère, vont être « détruits incessamment » après avoir été « isolés », a-t-on appris mardi auprès de la coopérative Savéol, à laquelle appartient le producteur touché.

Deux serres du Finistère ont été touchées en France, qui appartiennent à la même exploitation d’un producteur adhérent à la coopérative Savéol. « C’est un producteur de notre coopérative. C’est tombé chez nous, ça aurait pu tomber ailleurs », a souligné Pierre-Yves Jestin, président de Savéol, au Salon de l’agriculture de Paris. Les plants incriminés proviennent du Royaume-uni et sont issus de semences produites aux Pays-Bas. Trois autres exploitations, dont on ignore à quelle coopérative elles sont affiliées, ont reçu le même type de plants et font actuellement l’objet de prélèvements dans le cadre de l’enquête de traçabilité, a précisé le ministère de l’agriculture.

Les analyses sont toujours en cours, selon l’Agence de sécurité sanitaire (Anses), qui avait lancé une alerte deux semaines avant la confirmation du premier cas. « La situation est sous contrôle aujourd’hui, (…) on travaille vraiment de concert avec les services de la DGAL», la direction générale de l’alimentation du ministère de l’agriculture, « chaque jour on avance, on échange, on a cette chance d’être une coopérative, avec des valeurs de solidarité », a ajouté Pierre-Yves Jestin.

Le patron de Savéol a assuré que la coopérative est aux côtés du producteur touché : « On le réconforte, la coopérative ne va pas le laisser tomber. On travaille à trouver une solution » pour l’accompagner « sur le volet financier », a-t-il ajouté. Selon l’Anses, le tomato-virus peut infecter jusqu’à 100 % des plantes sur un site de production, ce qui le rend redoutable pour les cultures à haute densité de plantation comme les cultures sous serre. En revanche, il n’a pas d’impact sur l’homme.