Soja

Le Gnis encourage à utiliser de la semence certifiée pour plus de fiabilité


TNC le 18/01/2019 à 09:39

Face au contexte climatique difficile de l'année 2018, le Gnis encourage à utiliser de la semence certifiée de soja pour garantir un niveau de levée satisfaisant.

Selon le Groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis), les contraintes climatiques de l’année 2018 ont affecté « la qualité des graines de soja », la majorité des cultures ayant subi cet été, chaleur et sécheresse. Outre l’impact sur le rendement, « les maturités physiologiques sont très hétérogènes selon les étages sur une même plante et les grains, récoltés très secs, ont une sensibilité accrue aux chocs ».

Parcours des graines brutes aux semences certifiées. (©Gnis)

Face à ces conditions, « seule la semence certifiée vous garantit un niveau de levée satisfaisant qui vous permette de maîtriser votre peuplement », encourage le Gnis.

« Le tri élimine 13,4 % de la récolte de semences »

Le Gnis explique les étapes pour arriver à une semence certifiée de soja : « à partir des graines brutes, les semences sont nettoyées en limitant au maximum les chocs et elles sont séparées en supprimant par exemple les graines d’espèces indésirables comme le xanthium, espèce invasive qui peut être dispersée par les semences ».

En fonction des années, les taux de déchets peuvent être très conséquents. « La semence de soja est fragile, le tri élimine en moyenne 13,4 % de la récolte de semences »

Les lots sont aussi « contrôlés en laboratoire sur la présence de diaporthe (phomopsis). C’est pour cela qu’il y a très peu d’attaques de phomopsis dans des parcelles utilisant des semences certifiées ».

« Ce travail de la semence est la garantie indispensable pour optimiser la densité de semis, assurer le potentiel de la parcelle et limiter les risques liés aux maladies et aux adventices », rappelle le Gnis.

À lire aussi : Le soja – Une culture qui progresse en France