Par la Revue du vin de France

L’avocat Eric Morain, défenseur des vins naturels, « personnalité de l’année »


AFP le 11/01/2021 à 15:33

L'avocat pénaliste parisien Eric Morain, grand amateur de vins naturels et défenseur de vignerons qui appliquent ces méthodes de production, a été distingué lundi comme « personnalité de l'année » par la Revue du vin de France (RVF).

Présenté par le magazine comme « l’avocat fétiche des « petits vignerons » », Eric Morain, qui a fêté ses 50 ans « juste avant le premier confinement », avec un Château Palmer (Margaux) de son année de naissance, a néanmoins réfuté tout esprit de chapelle : « Ma parole est à qui la demande », a-t-il ainsi déclaré lors d’un entretien à l’AFP. « Mes petits vignerons sont des grands vignerons, Alexandre Bain est un grand vigneron », clame l’avocat de ce producteur de Pouilly-Fumé naturel auquel il a permis de retrouver son appellation d’origine contrôlée, laquelle lui avait été retirée par l’Inao (Institut national de l’origine et de la qualité).

« Ça fait dix ans que je m’occupe de ces vignerons un peu en marge mais pas que, puisque je suis aussi l’avocat des trois châteaux injustement déclassés du classement des grands crus de Saint-Emilion », a-t-il ajouté. Me Morain voit toutefois un « signe des temps » dans la mise à l’honneur à travers lui des vins naturels et biologiques par l’auguste revue, fondée en 1927.

« En ces temps de pressions réglementaires accrues, de contrôles, de confinement, le monde du vin a aussi soif de liberté et de créativité, et c’est d’une certaine manière ce qu’incarne Éric Morain, par ailleurs très actif sur les réseaux sociaux, chroniqueur sur France Inter et auteur d’un livre, Plaidoyer pour le vin naturel », explique la revue dans un éditorial.

Les combats judiciaires de l’avocat ne se limitent cependant pas aux affaires de vin stricto sensu et son envie de défendre le monde de la viticulture va au-delà de l’étiquette : il précise qu’il est « très attaché à la lutte contre le sexisme dans le milieu du vin », et défend dans ce cadre vigneronnes, cavistes, agentes et blogueuses du secteur. Me Eric Morain est également connu pour être l’avocat de deux plaignantes face à l’islamologue Tariq Ramadan, poursuivi pour viols. Dans le panthéon de ses flacons préférés, l’avocat place naturellement Pierre Précieuse, d’Alexandre Bain, le Tavel du domaine de l’Anglore, d’Eric Pfifferling, et enfin un vin insulaire, le Grotte di Sole, produit par Jean-Baptiste Arena à Patrimonio, en Corse, le « pays de cœur » de l’avocat.