Récolte 2021 en maïs grain

L’AGPM dresse son bilan de campagne


TNC le 11/11/2021 à 10:05
fiches_Recolte_mais_grain

L'AGPM estime un rendement moyen de 11 t/ha en mais grain pour cette recolte 2021. (©TNC)

Alors que plus des trois quarts des parcelles de maïs grain sont récoltées, l'Association générale des producteurs de maïs (AGPM) a profité de son congrès national des 9 et 10 novembre pour dresser un premier bilan de la campagne.

Lors de son congrès annuel à Tours (Indre-et-Loire), l’Association générale des producteurs de maïs ( AGPM) est notamment revenue sur les éléments marquants de cette campagne 2021 : « un printemps froid », qui a entraîné « une lenteur des levées des maïs et prolongé leur exposition au ravageurs ». « Si le taupin reste le premier ravageur du maïs français, des attaques de corvidés et de sangliers sont très fréquemment observées. La géomyze a cette année été présente dans l’Ouest avec des impacts ponctuellement importants. À noter aussi une hausse des captures de chrysomèles avec quelques dégâts observés », indique l’association de producteurs.

Un été particulièrement arrosé

« La pression liée aux foreurs (pyrale et sésamie), toujours présente dans les zones habituellement touchées, est restée à un niveau modéré, sans commune mesure avec la campagne précédente. »

Autre fait marquant de l’année : « un été régulièrement arrosé sur l’ensemble du territoire » qui a été plutôt bénéfique pour les champs de maïs. « Ils n’ont pas connu de stress majeur cette année et l’élaboration du nombre de grains/m² s’est trouvée essentiellement limitée par la structure du peuplement. »

« Rendement record attendu »

Alors que les récoltes se terminent, l’AGPM prévoit un rendement moyen de 11 t/ha pour cette année 2021 : 12,3 t/ha en irrigué et 10,1 t/ha en pluvial. « Un record national qui démontre la performance de la plante maïs dès lors que cette dernière peut couvrir ses besoins en eau », souligne l’association. « Sur une base de 1,5 million d’ha récoltés, dont 85 000 à 100 000 ha de transfert de maïs fourrage vers du grain, la récolte française pourrait ainsi atteindre 15,5 millions de tonnes. »

« Avec des taux d’humidité élevés, les besoins en matière de séchage sont, par contre, importants cette année. […] Il est nécessaire que la logistique (séchage et stockage) suive afin de préserver la qualité sanitaire du grain. Si les agriculteurs en ont bien conscience, certains subissent des difficultés liées à l’approvisionnement en gaz. »

Hausse des surfaces en maïs semence

Concernant le maïs semence, la sole française est en hausse pour la quatrième année consécutive : « elle a atteint 85 100 hectares en 2021, soit + 6 % par rapport à 2020 et de 47 % par rapport à 2017 ». À noter : « le manque d’ensoleillement en juin a perturbé localement la transition florale et impacté les fécondations. Pour autant les pluies régulières de mi-juin à mi-juillet et de début août ont été bénéfiques et ont favorisé les rendements. La concentration des semis fin mai et début juin a occasionné une récolte tardive qui devrait s’achever vers le 15 novembre pour les zones les plus tardives. »

Même si les récoltes ne sont pas complètement terminées, le résultat technique devrait être « très proche de l’objectif, assure l’AGPM. Dans les autres pays de l’UE, les rendements seront dégradés ».