Viticulture

La production mondiale de vin légèrement revue à la baisse


AFP le 20/11/2018 à 10:38

La production mondiale de vin en 2018, en forte augmentation par rapport à une année catastrophique, a été légèrement revue à la baisse, lundi, par l'organisation internationale de la vigne et du vin.

« La production mondiale de vins (hors jus et moûts) est estimée en 2018 à 279 millions d’hectolitres (M/hl) », indique l’OIV dans un communiqué contre 282 millions M/hl, selon la précédente estimation publiée fin octobre. Cette production mondiale est, selon les dernières projections, en augmentation « de 13 % par rapport à la production 2017 », a indiqué l’OIV, à l’occasion du congrès mondial de la vigne et du vin organisé à Punta del Este (Uruguay).

En 2017, les trois plus gros producteurs de vin du monde – Italie, France, Espagne – avaient fait les frais d’aléas climatiques désastreux : aux gels de printemps qui avaient affecté les vignobles, avaient succédé des étés secs qui avaient donné de petits raisins et donc moins de jus. La France avait ainsi connu sa plus mauvaise année depuis 1945. La production 2018 devrait en revanche être une des plus élevées depuis 2000, a souligné l’OIV. L’Italie (48,5 M/hl) confirme sa place de 1er producteur mondial, suivie par la France (46,4 M/hl) et par l’Espagne (40,9 M/hl). Le niveau de production est également élevé aux États-Unis (23,9 M/hl). Les productions augmentent significativement en Amérique du Sud, que ce soit en Argentine (14,5 M/hl), au Chili (12,9 M/hl) et au Brésil (3,4 M/hl). Enfin, l’Afrique du Sud (9,4 M/hl) a subi une sécheresse défavorable.

En 2017, les échanges internationaux de vin « ont progressé de 3,4 % en volume (108 M/hl) et en valeur pour atteindre 30 milliards d’euros (+ 4,8 % par rapport à 2016) », a indiqué l’OIV. « La taille du vignoble mondial (quelle que soit la destination finale des raisins et y compris les vignes non encore en production) en 2017 s’élève à 7,53 millions d’hectares et serait en légère baisse par rapport à celle de 2016 (- 24 000 ha) », a ajouté l’organisation. Malgré tout, la production de raisins continue de progresser, grâce à « une hausse des rendements, provenant de l’amélioration continue des techniques viticoles », a-t-on déclaré de même source. L’Espagne demeure largement en tête, en termes de surfaces cultivées avec 967 000 ha, devant la Chine (870 000) et la France (786 000).

En ce qui concerne, la consommation de vin, les dernières données compilées par l’OIV « montrent une légère hausse de la consommation mondiale en 2017, estimée à environ 244 M/hl ». La période 2000/2017 est caractérisée selon l’OIV par un déplacement de la consommation de vin, « de plus en plus consommé hors de son pays de production ». Ainsi, les États-Unis, avec 32,6 M/hl, « confirment leur position de 1er consommateur mondial depuis 2011 suivis par la France (27,0 M/hl), l’Italie (22,6 M/hl), l’Allemagne (20,1 M/hl) et la Chine (17,9 M/hl).