Pratiques trompeuses sur le vin

La condamnation d’un supermarché devrait « éveiller les consciences »


AFP le 26/06/2019 à 15:25

La condamnation mardi soir à Nîmes d'un supermarché gardois à 15 000 euros d'amende pour « pratiques trompeuses » sur le vin devrait permettre « d'éveiller les consciences des distributeurs », a espéré mercredi auprès de l'AFP le syndicat des producteurs de vin du Pays d'Oc et d'inter Oc.

« Depuis trop longtemps, nous dénonçons une concurrence déloyale subie par  la viticulture française au travers de certaines pratiques commerciales  trompeuses qui peuvent sévir en grande distribution », souligne son président Jacques Gravegeal. « Nous revendiquons, tout simplement et légitimement, une identification  transparente dans les rayons pour nos vins Pays d’Oc IGP dont l’origine et la traçabilité sont garanties », ajoute-t-il. « L’action en justice du 25 juin 2019 devrait permettre d’éveiller les consciences des distributeurs pour un balisage non confusant des vins qu’ils proposent à la vente », espère Jacques Gravegeal : « les vignerons et les consommateurs sont les premières victimes des tromperies sur l’origine des vins ». La société SAS Pimy, entité dirigeant l’Intermarché de Milhaud (Gard), a été condamnée mardi par le tribunal correctionnel de Nîmes à 15.000 euros d’amende pour « pratiques commerciales trompeuses » concernant le rayon vin. Le directeur local de cette enseigne a écopé de 5 000 euros d’amende dont 3 000 avec sursis pour la même infraction.