Coopératives agricoles

Interface céréales et Cap Seine fusionnent pour devenir Natup


TNC le 19/12/2018 à 07:44

Après plusieurs mois de préparation, Interface céréales et Cap Seine ont officialisé leur rapprochement. Avec des territoires complémentaires, les deux coopératives agricoles sont devenues désormais Natup.

Annoncé depuis le début de l’année, le rapprochement d’Interface céréales et de Cap Seine a été officialisé le 7 décembre dernier lors des assemblées générales des deux coopératives agricoles, après plusieurs mois de préparation. Baptisé Natup, cet ensemble regroupe désormais 7 000 adhérents agriculteurs répartis sur huit départements du nord-ouest de la France : Eure, Eure-et-Loir, Oise, Orne, Seine-Maritime, Yvelines, Somme et Val d’Oise. « Historiquement implanté dans le centre-ouest de la France autour de Dreux, Interface céréales complète idéalement le territoire de Cap Seine, qui s’étend sur les départements de l’ex-Haute-Normandie ainsi que sur la Picardie », présente Natup.

Une grande diversité d’activités

Présidé par Jean-Charles Deschamps et avec Patrick Aps pour directeur général, Natup dont le siège sera à Rouen (Seine-Maritime) « aborde l’avenir avec la confiance apportée par la taille critique possédée sur ses territoires et la souplesse de son modèle multi-activités diversifié qui a fait ses preuves ces dernières années », explique la nouvelle coopérative agricole. Parmi les activités : « céréales, élevage ovin et bovin, pomme de terre, légumes multi-gammes, lin et distribution en jardineries ». Cette diversité lui permet « d’affronter et de résister sereinement aux tendances conjoncturelles de ses activités. Avec pour objectif de continuer à explorer de nouveaux domaines, et d’augmenter la valeur créée par ceux d’aujourd’hui, au service de ses adhérents ». Pour maintenir la proximité avec ces derniers, Natup sera organisé en quatre sections territoriales, chacune animée par un binôme « responsable et président de région ».

Un accès renforcé au port de Rouen

Cap Seine figurait déjà comme « un des utilisateurs majeurs des outils coopératifs du port de Rouen ». Mais « la fusion avec Interface céréales permettra à Natup de disposer d’une infrastructure portuaire privative complémentaire, ainsi que d’une activité de vente de « Fob ». Un renforcement de sa présence et de sa volonté de participer davantage au travail commun permettant de fédérer les forces du 1er port céréalier d’Europe ».