Bilan météo

Décembre 2021 de saison termine une année classique


TNC le 12/01/2022 à 11:02
fiches_soleil

L'année 2021 a été très proche des normales, que ce soit en températures, en précipitations ou encore en ensoleillement.  (©Pixabay)

Décembre un peu plus doux que la moyenne a clos une année climatique assez classique. Frédéric Decker, météorologue à MeteoNews, dresse les bilans mensuel et annuel.

Souvent de saison, rarement froid, décembre 2021 s’est terminé sous une douceur exceptionnelle durant les fêtes, en particulier à l’aube de l’an 2022, battant même de nombreux records. Les gelées se sont produites surtout peu avant Noël, juste avant l’épisode de douceur exceptionnelle.

Température moyenne nationale annuelle en France (©MeteoNews)

Les températures ont alors culminé à 23/24 degrés au Pays Basque et dans l’intérieur de la Provence. Pour mémoire, il avait fait jusqu’à 27 degrés à Saint-Girons, au pied des Pyrénées, le 16 décembre 1989. Au final, avec une température moyenne de 7,1 degrés, décembre 2021 dépasse sa normale de 0,9 degré. Il est donc un peu plus doux qu’habituellement. Le pic de douceur national a été atteint à Oloron (Pyrénées-Atlantiques) avec 24,4 degrés le 31. Le pic de froid toutes stations confondues a été atteint aux Pontets (Doubs, 1005 m d’altitude) avec – 26,7 degrés le 22 (- 20,2 degrés à Mouthe). En plaine, le thermomètre a chuté à – 10,3 degrés ce même jour à Mourmelon-le-Grand (Marne).

Une année d’alternance entre froid et chaud

Cette année 2021 aura alterné le frais et le chaud, avec plusieurs mois frais à froids : janvier, mars, avril, mai, juillet, aout, octobre et novembre (de – 0,1 à – 1,7 degré d’écart à leur normale, – 1,7 étant l’écart négatif le plus important pour le mois de mai). Le mois le plus chaud, proportionnellement à sa normale, a été septembre : + 1,8 degré par rapport à la normale et à 0,5 degré du record de 1949.

La température moyenne nationale annuelle calculée sur 130 stations atteint 12,66 degrés pour une normale 1991-2020 de… 12,66 degrés. Difficile de faire plus dans les clous ! 2021 met fin à une succession de sept années consécutives au-dessus des normales. Il faut donc remonter à 2013 pour trouver un chiffre aussi « faible » : 12,22 degrés cette année-là. L’année la plus chaude reste 2020 (13,74 degrés) et la plus froide 1956 (9,90 degrés).

2021 met fin à une succession de sept années consécutives au-dessus des normales. 

Cette moyenne annuelle de 12,66 degrés est toutefois à comparer aux précédentes normales : 12,30 degrés entre 1981 et 2010 ; 11,77 degrés entre 1971 et 2000 ; 11,29 degrés entre 1961 et 1990 ; et 10,98 degrés entre 1951 et 1980. Entre 1946 et 1988, aucune année n’a atteint la moyenne de 2021. Cette relative « normalité » l’est dans le contexte de réchauffement climatique récent, notamment ces 30 dernières années. Une telle valeur aurait battu un record de chaleur avant 1989…

Décembre arrosé, année dans les normes

Les perturbations ont été fréquentes et assez actives au cours du mois de décembre, plus particulièrement lors des première et troisième décade, la seconde ayant été au contraire bien sèche sous la domination d’un anticyclone. La France a reçu une moyenne de 89 mm dans le mois pour une normale de 77 mm. L’excédent est donc modéré, de l’ordre de 16 %. C’est à Porquerolles, dans le Var, que les précipitations ont été les plus rares : 0,2 mm seulement dans le mois. Et c’est Laruns-Hourat, dans les Pyrénées-Atlantiques, que le record national d’abondance a été mesuré avec 495,3 mm, la normale y étant de tout de même 189,6 mm (plus du double de la normale).

Quant à l’année 2021, elle termine avec un total moyen national de 785 mm pour une normale de 769 mm, soit une année classique (+ 2 %). Mois pluvieux (janvier, mai, juin, juillet, octobre et décembre) ont alterné avec des mois secs (février, mars, avril, août, novembre). Pour mémoire, l’année la plus sèche reste 1989 (550 mm) et la plus arrosée 1960 (969 mm).

Ensoleillement très classique

La période anticyclonique du milieu de mois et les éclaircies entre deux perturbations ont permis un ensoleillement très classique en décembre 2021 : 81 heures de moyenne nationale pour une normale de 79 heures. Rouen s’est contenté de 25,6 heures de présence de l’astre du jour seulement, moins d’une heure par jour en moyenne ! Le Luc-en-Provence a en revanche profité de 177,2 heures d’ensoleillement.

L’année 2021 termine à 2 018 heures de soleil pour une normale de 1 985 heures. L’excédent est donc léger, + 1,7 %. Quelques mois sombres : janvier, avril, juin, juillet, août et novembre… compensés par des mois ensoleillés : mars, avril et octobre. Pour mémoire, l’année la plus sombre reste 2002 (1 797 heures) et la plus ensoleillée 1 949 (2 309 heures).

Une année 2021 donc très proche des normales, que ce soit en températures, en précipitations ou encore en ensoleillement. Une petite pause relative dans le contexte de réchauffement climatique qui s’est accéléré depuis 1988…

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur la météo Agri Mutuel.