État des nappes phréatiques

De nombreuses nappes affichent un niveau modérément bas à bas


TNC le 16/10/2019 à 15:15
Etat des nappes phréatiques au 1er octobre 2019. (©BRGM)

Etat des nappes phréatiques au 1er octobre 2019. (©BRGM)

De nombreuses nappes phréatiques affichent un niveau modérément bas à bas au 1er octobre 2019, indique le BRGM dans sa dernière note d'information. Les pluies de ces derniers jours ne devraient pas permettre une recharge significative des nappes. Leur vidange devrait se poursuivre jusqu'en novembre, lors de la mise en dormance de la végétation.

Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) indique dans son dernier état des nappes phréatiques au 1er octobre 2019 que durant le mois de septembre, la vidange s’est poursuivie et que la majorité des niveaux baissent.

« Les pluies de septembre ont eu un effet uniquement sur les nappes réactives du littoral méditerranéen. La baisse des niveaux s’est fortement accélérée en fin d’été sur les secteurs ayant connu un déficit pluviométrique associé à une forte sollicitation. En septembre, les nappes inertielles ressentent encore l’effet du déficit pluviométrique estival associé à une forte sollicitation. »

Plusieurs nappes présentent des niveaux bas à très bas et sont donc à surveiller :

  • « La nappe de la craie en Artois-Picardie, Champagne, Bourgogne et Gâtinais
  • La nappe alluviale de la plaine d’Alsace
  • Les nappes des alluvions et cailloutis de Bourgogne, des alluvions et des couloirs fluvioglaciaires du Rhône amont et moyen, qui sont fortement impactées par les déficits pluviométriques successifs depuis 2017. La vidange se poursuit et la situation devient inquiétante avec des niveaux bas à très bas. Certains points enregistrent des niveaux mensuels les plus bas connus.
  • Les nappes du socle du Massif Central et des calcaires jurassiques du Berry, sur le bassin amont de la Loire, qui observent des niveaux en baisse et très bas. »

Le BRGM note que les niveaux des nappes « sont généralement très inférieurs à ceux de l’année précédente à cette même époque ».

Si ces derniers jours ont été marqués par le retour de la pluie, celle-ci ne devrait pas permettre une recharge significative des nappes, notamment les plus profondes, et leur vidange devrait se poursuivre jusqu’en novembre, lors de la mise en dormance de la végétation.