Vilmorin

Croissance des ventes au 1er trimestre, notamment grâce au colza


AFP le 05/11/2019 à 10:05

Le semencier Vilmorin a annoncé lundi une nette progression de ses ventes au premier trimestre de son exercice décalé 2019/2020, une performance due à des acquisitions, mais également à une progression de sa branche grandes cultures, en particulier le colza.

Le chiffre d’affaires du quatrième semencier mondial a progressé de près de 12 % à 231,9 millions d’euros, en tenant compte, pour la filière grandes cultures, des acquisitions en Amérique du Sud des sociétés Sursem (Argentine) et Geneze (Brésil), selon le groupe, qui maintient ses objectifs globaux de croissance annuelle des ventes de 2 % à 3 % en données comparables.

Sans tenir compte de ce changement de périmètre, la branche semences de grandes cultures progresse de près de 8 %, « un très bon début d’exercice, dynamisé notamment par une campagne de colza de très, très grande qualité », a souligné Vincent Supiot, directeur financier du groupe, lors d’une conférence téléphonique.

Cette performance, dans un marché où les surfaces semées sont en baisse, est à mettre à l’actif « de notre recherche qui a créé des variétés résistantes » notamment à certains virus, a précisé Vincent Supiot, qui évoque des gains de parts de marché en Allemagne, en France, « et dans l’ensemble du continent européen ».

Concernant le maïs, les approvisionnements de semences sont « en bonne voie en Europe et en Amérique du Sud », malgré la sécheresse endurée cette année, dont l’impact a été « couvert par l’utilisation de stocks de sécurité constitués durant l’exercice précédent », a déclaré Vincent Supiot.

Les semences potagères, elles, enregistrent une croissance de 5 % (2,8 % à données comparables), « très hétérogène selon les zones géographiques », a souligné Vincent Supiot. Il a ainsi relevé une « très belle progression de nos ventes en Amérique du Nord, Etats-Unis et Mexique », une croissance significative sur l’Amérique du Sud et le Moyen-Orient, mais une activité « beaucoup moins dynamique » en Asie, Afrique et Europe.

Lire aussi : Vilmorin mise sur les partenariats et la recherche face à la concentration