Abattoir incendié en Seine-et-Marne

Six militants « antispécistes » présentés à un juge


AFP le 16/01/2019 à 10:10

Six militants de la cause animale soupçonnés d'avoir incendié un abattoir à Jossigny (Seine-et-Marne) le week-end dernier étaient présentés mardi à un juge d'instruction en vue de leur mise en examen, a-t-on appris auprès du parquet de Melun.

Trois hommes et trois femmes, âgés de 19 à 50 ans, ont été interpellés samedi soir par des gendarmes de la brigade de recherche de Melun, qui enquêtait sur des militants « antispécistes » soupçonnés de plusieurs infractions, selon une source proche de l’enquête.

« Un petit groupe d’individus qui milite pour la cause animale a ouvert la bergerie de l’abattoir pour laisser les bêtes s’enfuir, avant de mettre le feu à la paille avec de l’essence. Heureusement, les gendarmes présents sur place ont pu rapidement alerter les pompiers », a précisé le parquet.

Interpellés sur place, les six gardés à vue ont reconnu leur implication dans l’incendie de l’abattoir, mais aussi dans la tentative d’incendie fin décembre des locaux de la Fédération départementale de la chasse, toujours selon le parquet, qui a requis leur mise en examen et leur placement sous contrôle judiciaire.

Le petit groupe est également soupçonné d’avoir détruit des installations de chasse au cours de l’automne dans le département.

Une information judiciaire a été ouverte, notamment pour dégradation de biens par moyen dangereux et association de malfaiteurs en bande organisée.

Depuis quelques mois, partout en France, des militants de la cause animale, parfois violents dans leurs actes, s’en prennent également à des boucheries.

Fin décembre, une boucherie a ainsi été vandalisée à La Madeleine, dans la périphérie de Lille, quelques mois après des attaques similaires sur d’autres enseignes de la métropole du Nord.