Bonne moisson 2019 ?

Rendements, production, surfaces: la synthèse chiffrée de toutes les productions


TNC le 14/08/2019 à 18:00

Au 1er août 2019, date de la remontée des dernières estimations du service statistique du ministère de l’agriculture, la moisson était terminée pour certaines productions, et très bien avancée pour d’autres. La production de blé tendre atteindrait 38,2 Mt, en hausse de 12 % par rapport à 2018, et de 8,1 % par rapport à la moyenne 2014-2018. Le rendement moyen en orge d’hiver dépasserait les 70 q/ha. La surface en sorgho a bondi de 30 % en un an.

« Selon les dernières estimations du service statistique du ministère de l’agriculture, « la production de blé tendre atteindrait 38,2 millions de tonnes, pour un rendement moyen de 76,1 q/ha ». « Elle augmenterait sur un an de 12 %, et de 8,1 % par rapport à la moyenne 2014-2018. »

« La production de blé dur baisserait sur un an de 17,7 %, les surfaces étant en forte diminution. La production d’orges progresserait grâce à une hausse conjointe de la sole et des rendements. La récolte de colza chuterait (- 30,5 %), essentiellement sous l’effet d’une forte baisse des surfaces. L’évaluation de la production de maïs est incertaine à ce stade du fait des conditions météo qui créent un stress hydrique sur cette culture : le rendement pourrait reculer de 2,2 q/ha sur un an. Le tournesol, plus résilient, devrait voir sa production augmenter de 5,8 % malgré un léger recul du rendement. Les rendements en soja s’inscrivent eux aussi en légère baisse. Les protéagineux afficheraient une nette progression de leur production (+ 21,9 % sur un an). »

« Au 1er août, la production de blé tendre est estimée à 38,2 Mt. Celle des orges est en forte augmentation à 13,4 Mt. Les récoltes 2019 seraient en nette baisse pour le colza et pour le blé dur. Les estimations pour les cultures d’été, et en particulier pour le maïs, sont à prendre avec précaution, l’effet des températures caniculaires de juin et juillet ainsi que la sécheresse persistante ne pouvant être pleinement pris en compte. La plupart des régions sont touchées par une sécheresse importante qui induit des restrictions voire des interdictions sur les prélèvements à usage agricole. Les deux canicules de juin et juillet ont à la fois accentué cette sécheresse et gêné le développement des cultures d’été, particulièrement le maïs. La récolte de blé tendre est attendue en hausse à 38,2 Mt ainsi que celle de la plupart des céréales à paille à l’exception du blé dur en fort recul cette année. Le colza subit une importante baisse de production (- 30,5 % sur un an) alors que les autres oléagineux progressent. Les protéagineux voient leur récolte augmenter de 21,9 % en 2019. »

Blé tendre : récolte révisée en hausse

La production de blé tendre est estimée à 38,2 Mt (+ 12 % par rapport à 2018 et + 8,1% par rapport à la moyenne 2014-2018). L’estimation début août est donc revue en hausse de 1,3 Mt sur les chiffres de juillet. Le rendement est révisé à la hausse à 76,1 q/ha (73,7 q/ha au 1/07) soit supérieur de 8,2 % à la moyenne quinquennale 2014-2018. Il est 4,5 % au-dessus de la moyenne olympique 2014-2018 qui atteint 72,8 q/ha (en excluant le rendement le plus élevé – 79,3 en 2015 – et le plus faible – 53,7 en 2016).

Blé dur : fort recul des surfaces

La production de blé dur, estimée à 1,5 Mt, baisserait de 17,7 % sur un an et de 16,2 % par rapport à la moyenne 2014-2018. Le rendement moyen (57,5 q/ha) progresserait de 12,2 % par rapport à 2018 et constituerait un record. Le recul de la production s’explique par la forte baisse des surfaces consacrées au blé dur : elles atteignent 260 milliers d’hectares contre 354 milliers d’hectares l’an dernier soit une baisse de 27,4 % sur un an. Il faut remonter à 1995 pour trouver des surfaces inférieures au niveau national actuel.

Orges : augmentation de la sole et de la production

La production d’orges atteindrait 13,4 Mt, en augmentation de 19,8 % sur un an et de 14,5 % par rapport à la moyenne 2014-2018. Les surfaces progressent de 8,8 % à plus de 1920 milliers d’hectares, niveau le plus élevé enregistré en France à ce jour, et le rendement atteindrait 69,7 q/ha soit 6,4 q/ha de plus qu’en 2018. Les orges de printemps ont particulièrement bénéficié des difficultés du colza avec des surfaces supérieures de près de 29 % à celles de l’an dernier.

Maïs : premières estimations sous toute réserve

Les premières estimations faites à deux mois du début de la récolte sont à prendre avec prudence du fait des vagues de canicule et de la sécheresse qui ont particulièrement affecté cette culture, en entraînant une masse foliaire moindre et un remplissage des grains à ce jour incertain. Si les surfaces progressent d’environ 100 milliers d’hectares par rapport à 2018, le rendement serait en recul à 87 q/ha. La production de maïs-grain (y compris semences) est provisoirement estimée à 13,4 millions de tonnes (+ 4,8 % sur un an et – 6,3 % par rapport à la moyenne 2014-2018). Une révision à la baisse est envisageable pour les prochaines estimations. La production de maïs-fourrage serait, elle, en diminution de 2,8 % à 16,7 Mt. La répartition entre grain et fourrage est provisoire à ce stade de la campagne.

Colza : estimation de récolte à 3,5 Mt

Au 1/08/2019, la récolte de colza est estimée à 3,5 Mt contre 5,0 Mt en 2018 (- 30,5 % sur un an et – 33,1 % par rapport à la moyenne 2014-2018). Si le rendement est comparable à celui de l’an dernier, les surfaces sont en net retrait à 1140 milliers d’hectares (- 29,5 % sur un an et – 24,8 % par rapport à la moyenne 2014-2018). Les problèmes liés au gel et à la sécheresse, ainsi que les attaques de ravageur expliquent cette baisse des surfaces par retournement de champs au profit d’autres cultures.

Tournesol : augmentation de la production

La production de tournesol est estimée à 1,3 Mt (+ 5,8 % en un an). Les surfaces augmenteraient de 50 milliers d’hectares sur 2018 alors que le rendement baisserait légèrement à 22 q/ha.

Soja : légère hausse de la production

La production de soja, en hausse, estimée à 409 milliers de tonnes, est due à la progression des surfaces (+ 6 % en un an) alors que le rendement régresserait de 26 q/ha en 2018 à 25,1 q/ha en 2019. Les surfaces sont en progression pour la septième année consécutive.

Protéagineux : nette hausse de la production

La production de protéagineux augmenterait de 21,9 % sur un an et de 6,2 % par rapport à la moyenne 2014- 2018. Les surfaces seraient en progression de 8,4 % sur un an. La production de pois protéagineux serait en hausse de 21 % par rapport à 2018, celle de féveroles de 26,2 % sur un an.

Betteraves industrielles : stagnation des surfaces

Les surfaces de betteraves industrielles s’établiraient à 451 000 ha, en baisse de 7,2 % sur un an.

Pommes de terre de conservation et de demi-saison : hausse de la production

La production de pommes de terre de conservation et de demi-saison augmenterait de 10,2 % sur un an et de 12,7 % par rapport à la moyenne 2014-2018. La production (6,57 Mt) atteindrait un record en 2019, mais les conditions météorologiques pourraient conduire à revoir cette première estimation, les parcelles non irriguées étant particulièrement en souffrance.

Et ailleurs en Europe ?

Avec 143,7 Mt, la récolte de blé tendre de l’Union européenne est en augmentation de 10,6 % sur un an grâce à une hausse de 615 milliers d’hectares des surfaces et à un rendement estimé en hausse de 4 q/ha. Les principaux producteurs européens voient leur production augmenter (France, Allemagne, Royaume-Uni et Pologne) au contraire de l’Espagne qui accuse une baisse de 29 %.

La production de blé dur accuse une baisse de 3,7 %, la France et l’Espagne étant particulièrement touchées, au contraire de l’Italie en hausse de 8,1 %, retrouvant ainsi ses niveaux de 2017.

La récolte d’orges serait en hausse de 8,2 %, seules la Roumanie et l’Espagne baissant respectivement de 16,3 % et 25,5 %.

La production de colza atteindrait 18 Mt, en baisse de 10,4 % sur un an avec en particulier une très forte diminution en France (- 30,5 %) et en Allemagne (- 13,9 %). Ce niveau de production n’avait pas été atteint depuis 2007. La France demeure le premier producteur européen de colza (19,2 % du total européen en 2019 contre 24,8 % en 2018). Les conditions de culture ont été difficiles cette année à cause de la sécheresse, accentuée par des vagues de chaleur. »