Matières premières

Moins de robusta profite aux prix du café, sucre et cacao stables


Communication agricole le 10/02/2018 à 13:25

Le café est remonté avec des prévisions moins élevées que prévu de récolte de robusta, tandis que le cacao et le sucre sont restés plus calmes sur la semaine.

L’arabica a atteint mardi 119,10 cents la livre à New York, à son plus bas depuis un mois et demi, avant d’effacer ses pertes et de monter nettement sur la semaine. Le robusta a également grimpé à Londres. L’Organisation internationale du café (ICO) a revu en légère baisse sa prévision de récolte de robusta pour la saison 2017-2018, à 60,09 millions de sacs de 60 kg. L’ICO prévoyait jusqu’à présent une production de 61,5 millions de sacs.

Les marchés s’apprêtent par ailleurs à une semaine plus calme, alors que le Brésil, premier producteur d’arabica, comme le Vietnam, premier producteur de robusta, tourneront au ralenti. « Les Brésiliens quitteront le marché de lundi à mercredi pour le Carnaval et les Vietnamiens célèbreront le nouvel an de jeudi au mercredi 21 février », ont rappelé les analystes de I&M Smith, qui soulignent que ces deux producteurs représentent 52 % de la production mondiale.

Les prix du cacao, qui avaient bondi vendredi dernier, se sont maintenus à des niveaux élevés, atteignant mardi 1,493 livres sterling la tonne à Londres, à son plus haut depuis plus de deux mois. A New York, le niveau élevé du dollar a pesé sur le prix du cacao sur la semaine, qui a tout de même atteint lundi 2,096 dollars, à son plus haut depuis plus de deux mois également. « Les investisseurs qui pariaient sur une baisse des cours du cacao ont quitté cette position risquée, tandis que la récolte en cours est moins abondante que celle de l’année précédente », ont résumé les analystes de Commerzbank. Alors qu’un souffle de prudence a pris le marché en début de semaine, les investisseurs ont préféré liquider leurs positions sur les matières premières, aussi bien en matière de paris à la hausse que de paris à la baisse.

La tonne de sucre blanc a atteint mercredi son plus haut niveau depuis trois semaines, à 366,50 dollars la tonne à Londres, tandis que la livre de sucre brut a touché mardi 14,04 cents à New York, également à son plus haut depuis trois semaines. « Selon certains acteurs du marché, la récolte actuelle de canne à sucre au Brésil va être moins riche en sucre que celle de l’année précédente, et les industriels vont privilégier une transformation en éthanol », ont souligné les analystes de Commerzbank. La hausse des prix du pétrole a entraîné une hausse de la demande des carburants alternatifs, et donc une montée du prix de l’éthanol.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de robusta pour livraison en mai valait 1,775 dollars vendredi à 16h10 GMT, contre 1,748 dollars le vendredi précédent à 15h45 GMT. Sur l’Ice Futures US de New York, la livre d’Arabica pour livraison en mars valait 122,95 cents, contre 120,45 cents sept jours auparavant.

A Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en mai valait 361,90 dollars, contre 356,50 dollars le vendredi précédent mais pour livraison en mars. A New York, la livre de sucre brut pour livraison en mars valait 13,83 cents, contre 13,53 cents sept jours auparavant.

A Londres, la tonne de cacao pour livraison en mai valait 1,479 livres sterling, contre 1,439 livres sterling le vendredi précédent mais pour livraison en mars. A New York, la tonne pour livraison en mars valait 2,011 dollars, contre 2.041 dollars sept jours plus tôt.