Brésil

Baisse de la production de canne et de sucre, hausse de l’éthanol


AFP le 24/04/2019 à 14:20

Le Brésil a enregistré une baisse de sa production de canne à sucre et de sucre sur la saison 2018-2019 à cause de la réduction des surfaces dédiées à cette culture, alors que la production d'éthanol tirée de la canne a bondi.

La production de canne à sucre brésilienne a regressé de 1,3 % à 625,17 millions de tonnes, d’après la Compagnie nationale d’approvisionnement (Conab). Ce recul résulte en grande partie de la réduction, pour la deuxième année consécutive, de la surface dédiée à cette culture, qui a occupé 8,59 millions d’hectares (- 1,6 %). Cela s’explique notamment par « la restitution de propriétés en location », une pratique devenue « courante, principalement pour les terres impropres à la récolte mécanique, car cela fait partie de la stratégie des unités de production pour devenir plus efficaces », précise le rapport.

Dans l’État de São Paulo, principal producteur du pays, la canne à sucre a perdu 132 200 hectares et de nombreux champs, qui « étaient jusqu’alors occupés par la canne à sucre, ont présenté une augmentation expansive de la culture de soja ». Dans ces conditions et face à la baisse des prix du sucre sur le marché mondial en raison de stocks plus élevés, et en raison d’« un scénario plus favorable pour l’éthanol sur le marché interne », l’arbitrage des producteurs brésiliens a favorisé la production d’éthanol, qui doit atteindre 33,58 milliards de litres, soit une hausse de 23,3 % sur un an, explique la Conab. La production de sucre a en revanche chuté de 17,2 % à 31,35 millions de tonnes.

« Un autre facteur important est la plus grande rapidité de commercialisation de l’éthanol par rapport au sucre. (Ce dernier) est commercialisé via des contrats futurs, alors que l’éthanol permet à l’unité de production d’augmenter son flux de trésorerie plus rapidement, puisque sa commercialisation est presque instantanée », précise la Conab.

Le Brésil est le premier producteur et exportateur mondial de sucre et le deuxième producteur d’éthanol derrière les États-Unis, qui, eux, fabriquent ce combustible à partir de maïs.