Didier Guillaume au Space 2019

« Rien de nouveau sous le soleil » breton


TNC le 10/09/2019 à 20:05
Didier Guillaume, arrivant au Space, mardi 10 septembre 2019. (©TNC)

Didier Guillaume, arrivant au Space, mardi 10 septembre 2019. (©TNC)

Le ministre de l’agriculture Didier Guillaume a inauguré l’édition 2019 du Space, à Rennes, sans apporter de nouvelles réponses susceptibles de rassurer des éleveurs inquiets par les conséquences de la sécheresse.

Sous un soleil et une température quasi-estivale, l’édition 2019 du Space s’est ouverte mardi 10 septembre avec, comme un rituel immuable, la visite du ministre de l’agriculture. Malgré les inquiétudes exprimées par les éleveurs concernant les conséquences de la sécheresse sur leurs exploitations, malgré la thématique fort opportune de cette édition du Space – le changement climatique et ses conséquences –, Didier Guillaume est venu à Rennes sans nouvelles mesures pour soutenir les éleveurs en manque de fourrages.

« On ne fait pas du lait avec de la paille et des jachères. » Cette formule que Thierry Roquefeuil, président de la FNPL, a prononcé lors d’un débat organisé par l’Afja, l’association des journalistes agricoles, à la veille de l’ouverture du Space, le représentant syndical comptait bien la glisser à nouveau au ministre de l’agriculture.

Si la visite inaugurale du Space par le ministre de l’agriculture en poste est devenue un rituel, l’absence d’annonces d’envergure l’est aussi depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron. Or, les éleveurs étaient en attente de nouvelles réponses à court terme pour les aider à faire face à la sécheresse, notamment.

À lire >> Sécheresse – 87 départements concernés par des restrictions de l’usage de l’eau

En réponse, le ministre n’a pas apporté d’autres solutions à celles déjà annoncées : le dispositif des calamités agricoles sera activé dès le bilan de la sécheresse 2019 connu, avec une première réunion prévue le 15 octobre. L’avance des aides Pac portera, non pas sur 50 % des aides, mais sur 70 %. Et pour mieux gérer l’irrigation des terres agricoles. Le ministre a aussi confirmé vouloir accélérer la mise en place d’une « soixantaine » de retenues d’eau collinaires sur le territoire entre 2019 et 2022.

À lire >> Ouverture du Space 2019 – Le moral des éleveurs « au plus bas » après un été de sécheresse 

À lire aussi >> Ceta – Vif échange entre le ministre de l’agriculture et la Confédération paysanne